Humeurs taurines et éclectiques

lundi 10 octobre 2011

La radicalisation bestialiste

Je discutais récemment avec des aficionados avisés sur l’actualité taurine et les évolutions en cours.
Les divers point de vue constituent toujours une richesse, et l’on a toujours profit à les entendre et à les prendre en considération. C’est d’ailleurs ce qui motive le fait que j’entretiens le dialogue avec des interlocuteurs avec lesquels je suis tout ou partie en désaccord.

Il y a pourtant une posture qui m’agace souverainement (mais mes agacements sont MON problème…), c’est celle que je qualifie de «posture de la tour d’ivoire».

Dieu sait que je m’attache ici à dénoncer les dénis, les faux-semblants, les hypocrisies, les lieux communs, les dérives, la langue de bois qui foisonnent dans le «monde des toros», ni plus ni moins que dans d’autres activités humaines d'ailleurs. Mon propos n’est nullement de donner des leçons –critique ô combien facile!- mais de regarder, de SE regarder (je ne m’abstrais aucunement de cette vision critique) avec honnêteté, lucidité et sans complaisance.
Pour autant s’accabler me semble aussi ridicule et aussi stérile que d’accabler les autres en les chargeant de tous les maux (et de tous les mots) et vice-versa.
***
Certains considèrent qu’il serait indigne de leur part d’aborder peu ou prou certains sujets par trop prosaïques ou triviaux, ou bien que c’est leur faire trop d’honneur de se commettre à certains débats, ou avec certaines personnes.
Je n’approuve nullement ce type de positionnement qui procède au mieux de la politique de l’autruche, au pire de la négation de l’autre: ne pas parler de ce qui vous dérange serait par un raisonnement archaïque de type «magique» lui interdire d’exister.
Il est des gens qui vivent ainsi dans une tour d’ivoire intellectuelle, où remugles et turpitudes du vulgaire ne sauraient les atteindre. Ces grands esprits des hautes sphères, libérés des contingences, méconnaissent volontairement la fange et le cambouis qui pourraient souiller leurs mains fines et leurs âmes sensibles d’esthètes (de veau).
Les menées interlopes du mundillo, les grenouillages de la presse taurine, les manigances des caciques taurins sont ignorés et méprisés au même titre que l’activisme des «zantis» que toute âme bien née ne saurait que suprêmement méconnaître.
Quant à ceux qui font mine de s’y intéresser, de les dénoncer, ils participent à leurs yeux du même cloaque malodorant, auquel on se doit de se soustraire.

Cette engeance élitiste de philosophes au petit pied a de tout temps caché sa peur du combat, de la confrontation, en un mot de la réalité, derrière la position fort confortable de celui qui disserte mais ne s’engage jamais. Ce sont ces postures là dont Winston Churchill disait: «S’occuper des choses les plus sérieuses du monde n’est possible qu’à condition de comprendre aussi les choses les plus dérisoires.»
L’ignorance volontaire ou inconsciente du monde tel qu’il est, le refus de s'y investir, déclinent toute la panoplie des veuleries, de la lâcheté ou de la démission jusqu’à la résignation ou au nihilisme. Et puis, il est tellement aisé et tellement confortable de se contenter de critiquer les erreurs de ceux qui font alors qu’on ne prend pas le risque de faire!
***
Tout aficionado quelque peu responsable, même s’il centre sa réflexion sur une problématique taurine, ne peut et ne doit ignorer et minimiser le contexte et notamment les agressions subies ça et là du fait des «zantis».
Tant leur répétition que leur aggravation devraient alerter, de même que leurs agissements. Tout cela n’a rien de périphérique et on ne peut conclure aux épiphénomènes.
Le lobbying effréné mené par un Thierry HELY auprès des communistes, comme l’activisme parlementaire de Miss MARLAND-MILITELLO, ne doivent pas être négligés, même si pour l'heure ils prêtent surtout à sourire.
Pas plus que la radicalisation SANS CONSEQUENCES des actions de plus en plus dures menées par la frange ultra des «zantis».
Le monde de l’afición, par désorganisation, division, incohérence, veulerie, désintérêt –que sais-je?- est en train d’accepter l’inacceptable, de tolérer l'intolérable, de supporter l'insupportable sans réagir. Il n’est pire stratégie parce qu’elle banalise l’opprobre et cautionne le discours dévalorisant des «zantis»: «Qui ne dit mot consent...».
Les contempteurs taxent les aficionados de SADISME, la réalité révèle surtout du MASOCHISME...

Ainsi tout est permis contre l’afición, parce que tout serait légitime contre des tortionnaires, des pervers, des salauds, dépourvus de toute humanité par un discours d’indignité. Insensiblement, on s'est ainsi inféodé au discours de l'adversaire dont on ne conteste même plus la sémantique.
C’est parce qu’on accepte que ce discours soit tenu, c’est parce qu’on s’y est accoutumé, c’est parce qu’on l’entérine en ne s’y opposant pas que ce discours prend corps et s’accrédite, tant parmi ceux qui le tiennent que –plus grave- dans l’opinion publique.
Accepterait-on que des militants du FN aillent s’enchaîner lors d’un concert de la fête de l’Huma? Que des libres penseurs «banderollent» la messe dominicale de Notre Dame ou la prière du vendredi de la Grande Mosquée de Paris? Que des intégristes fassent irruption dans le camp naturiste de Montalibet, comme ils s’attaquèrent aux salles d’opérations où l’on pratiquait l’avortement? Que quiconque se permette, comme c’est le cas, d’agresser impunément, au motif que ceci ou cela déplaît et ne correspond pas à ses convictions?
Le laisser-faire, cette impunité favorisent la violence et la barbarie et portent petit à petit vers des affrontements incontrôlables. En la matière, la passivité des pouvoirs publics devant ce blanc-seing concédé à l’agression devient intolérable.

Elle ne l’est toutefois pas autant que l’inaction incompréhensible de nos têtes pensantes taurines qui se cantonnent à de grands discours dépourvus d’effets. Il ne manque pourtant pas de juristes habiles à ester à la tête de l’hydre!
Combien de profanations de monuments et de mémoires, combien d’enchaînements, combien d’avanies et d’insultes ignobles faudra t-il supporter avant que l’on daigne enfin réagir?
L’Observatoire des Cultures Taurines semble vaillamment décidé à lutter jusqu’à la dernière goutte de sang du dernier des aficionados. Nos généraux confortablement installés sur des hauteurs inexpugnables encouragent de l’arrière les fantassins de la première ligne:
«L'Observatoire National des Cultures Taurines invite donc les organisateurs à prendre désormais toutes les mesures de sécurité pour éviter que les arènes ne soient le théâtre de pareils désordres, les élus à user de leurs pouvoirs de police pour protéger le public contre de pareils attentats, et les autorités à veiller au respect l'ordre public.
Il invite enfin les aficionados à ne pas tomber dans le piège qui leur est tendu, et, comme ils l'ont toujours fait, à conserver leur calme face au visage haineux de l'intolérance et de l'obscurantisme.»
Quel courage! Quelle détermination! Quel engagement! Que cela nous fait une belle jambe!
Et lui, le «machin», que fait-il?
Je ne suis ni boxeur, ni ex-torero, ni surtout juriste, mais il me semble avoir entendu causer, quelquefois, d'une expression: «plainte avec constitution de partie civile». Une hallucination sans doute!

Sans doute l’article 2 de ses statuts -«L’objet de l’association est d’étudier, de défendre et de promouvoir la culture taurine sous toutes ses formes.
Aux fins de réalisation dudit objet, l’association utilisera les moyens d’action suivants: publications diverses, interventions dans les medias, organisation de manifestations, toutes actions légales» (http://www.culturestaurines.com/)- n’inclut-il pas l’obligation, au moins morale, de s’engager là où particuliers ou organisations demeurent trop faibles, impuissants et désarmés.

En cette matière, comme en d’autres, les «tigres de papier» trouvent plus commode de s’en prendre à «l’ennemi de l’intérieur», aux «taurino-traîtres», aux «ayatollahs et autres talibans», que de vraiment s’engager dans une action judiciaire pour mettre un terme à cette chienlit.
Paroles! Paroles! Paroles!
En attendant connaissez vos ennemis. On notera avec délice dans le premier article, avec l'écrin d'une ortografe de décérébré, le détail qui tue: «Des militants ont été désabillés (certains femmes ont eu des attouchements sexuels)». Salauds d'aficionados! En plus d'être alcooliques, ce sont des obsédés sexuels!:


Xavier KLEIN

24 commentaires:

Tolosa a dit…

Comme attouchement sexuel,je propose le coup de pied au cul...Efficace,radical,à la portée de tout aficionado et bien pratique pour nettoyer le ruedo souillé par la présence des zantis

el Chulo a dit…

tu tre fais du mal, mon javierin!

Marc Delon a dit…

A voir une autre vérité en face : ce n'est pas un jugement de valeur ni une recherche d'approprier à une catégorie quelconque quelque chose d'éminnement universel, mais puisqu'il faut se dire les choses un jour : vu leur look, et puis on les connais... il n'y en a pas un qui vote à droite... C'est la mouvance de bons sentiments gaucho-bobo-écolo de base qui voit encore dans la corrida une insupportable référence au Franquisme et dans les aficonados de gros beauf de droite repus de profit et de plaisir pris au détriment des gentils zanimaux ... Va falloir vous organiser des ateliers sur "la liberté" et "le droit" dans les sections...
De rien, si ça peut aider.

Xavier KLEIN a dit…

Marc,
1°) L'aficionado le plus baroque et remuant de Pau, Jean Ortiz, fils de républicain de la guerre civile, animateur du festival latino-américain «CulturAmérica» est d'extrême gauche.
2°) L'histoire de la corrida dans le SUD-OUEST rose se confond avec celle des radsocs puis des socialistes. Dans notre région, l'aficion est plutôt un fait de gauche!!!
Mais dans la Commission Taurine d'Orthez (que j'ai constituée), municipalité socialiste, il y a une majorité de gens plutôt à droite, ce dont je me contrefous complètement d'ailleurs.
Les toros ont des parties et pas de parti!

Marc Delon a dit…

je ne doute de rien de ce que tu dis mais là, tu étudies l'aficion. Facile puisque tout le Sud-Ouest est rouge de tradition. Etudie maintenant le "zantisme" et tu verras... que s'ils sont verts... de rage, c'est pas pour rien.

el Chulo a dit…

ne pateauge pas dans les lieux communs, marcos!ils étaient en tenue de combat!plus sérieusement, je me refuse totalement à ces classifications en matière taurine ou anti, car dans les deux cas, on peut démontrer très exactement le contraire, comme la député ump zanti, ou bardot fn etc............. le mépris fondé ou non, je n'en sais rien et c'est ton problème,pour la gauche, ne justifie nullement ce genre d'égarement, un peu beaucoup excessif, pour être gentil. et mon père m'a tjrs dit que juger les gens sur la mine était pour le moins dangereux.

Jean-Paul Richier a dit…

XK : « Les contempteurs taxent les aficionados de SADISME, la réalité révèle surtout du MASOCHISME... »

Ouais, vachement... A moins que par masochisme vous entendiez le fait de commettre de violentes exactions sous l'oeil des caméras, effectivement.

XK : « Ainsi tout est permis contre l’afición, parce que tout serait légitime contre des tortionnaires, des pervers, des salauds, dépourvus de toute humanité par un discours d’indignité. »

"Tout" est permis ? Mais mon bon M Klein, les sit-in sont la forme la plus pacifique de protestation qui existe. Toujours ce sens des nuances des corridaholics. D'accord, je reconnais que cette action d'exception est en marge de la stricte légalité, mais n'est-ce pas vous qui m'avez dit à plusieurs reprises que s'opposer à l'application d'une loi jugée inique pouvait être un devoir moral ? Mmmh ?? Il faut vous empresser de créer le délit d'entrave à la corrida, comme les chasseurs à courre, vos alter ego, ont fait publier le décret du 4 juin 2010 créant une contravention pour obstruction à un acte de chasse.

A titre personnel, je suis très réservé sur l'opposition à l'application d'une loi sur des critères moraux, vu les dérives auxquelles ce principe peut conduire (de la part des catholiques ou des musulmans intégristes, par exemple). Mais en l'occurrence, j'approuve sans réserve l'action de Rodilhan, qui ne comportait ni insultes, ni menaces, ni dégradation de matériel, ni violences physiques. De telles actions deviennent inévitables en réponse au niveau atteint par les magouilles et les manigances du lobby taurin en France, avec les hiérarques socialistes tauromaniaques qui ont bloqué pendant des mois les signatures socialistes à la PPL collaborative de Marland-Militello et de Gaillard, ou l'inscription en catimini de la corrida à l'inventaire du PCI français avec la complicité du Directeur Général des Patrimoines.

J'ajoute que la seule lecture du compte-rendu de cette finale de l'an passé (où on retrouvait d'ailleurs deux des trois jeunes finalistes de cette année) justifiait l'action des opposants à la corrida, tant du point de vue de la défense des animaux que de la protection de la jeunesse.
Par parenthèse, les enfants qui étaient sur les étagères à Rodilhan ont été aux premières loges pour assister à une série de violences en règle sur des hommes et des femmes sans défense. Magnifique exemple pour notre jeunesse. Merci l'aficion !

Et en ce qui concerne l'attitude des taurins envers les protestataires, quand on ne maîtrise plus une situation, dans un État de droit, on fait tout simplement appel aux forces de l'ordre, on ne fait pas la police soi-même en usant de violences inconsidérées.
Évidemment, il ne fait pas de doute que si les protestataires, au lieu d'être des hommes et des femmes assis et enchaînés, avaient été de solides gaillards debout face aux gradins, nos héroïques miliciens taurins auraient vite fait de téléphoner prudemment à la maréchaussée au lieu de se précipiter dans le ruedo.

XK : « Accepterait-on que des militants du FN aillent s’enchaîner lors d’un concert de la fête de l’Huma? »

Jugerait-on acceptable que les communistes, en réaction, les tabassent, arrachent leurs vêtements, tirent leurs cheveux ?
On peut aussi prendre un exemple inverse : si des immigrés étaient venus s'enchaîner au sein de la Fête des BBR (du temps où elle sévissait), aurait-il été acceptable que les militants FN, en réaction, les tabassent, arrachent leurs vêtements, tirent leurs cheveux ?

XK : « Que des libres penseurs «banderollent» la messe dominicale de Notre Dame ou la prière du vendredi de la Grande Mosquée de Paris? »

Jugerait-on acceptable que les cathos ou les muslims, en réaction, les tabassent, arrachent leurs vêtements, tirent leurs cheveux ?

Jean-Paul Richier a dit…

[suite]
XK : « Que des intégristes fassent irruption dans le camp naturiste de Montalibet »

Autant des actions à la Fête de l'Huma ou dans les lieux de cultes me paraissait une comparaison vaguement plausible, eu égard aux morts du marxisme-léninisme, du christianisme ou de l'islam, autant là je ne vois pas à qui les "naturistes" font ou ont fait du mal.
Mais cette saillie est intéressante, car peut-être avez-vous inconsciemment mémorisé le parallèle que je vous avais proposé (voici bientôt 2 ans) entre les aficionados (« De la pulsion sadique !? Où ça ?! ») et les nudistes, pardon, les naturistes (« De la pulsion scopique !? Où ça ?! »). Je précisais que je n'avais rien contre ces braves nudistes, qui eux ne font pas couler de sang. Et je vous reconnais le mérite, après vos 17 ans de divan, de ne pas vous réfugier derrière ce déni assommant.

XK : « Que quiconque se permette, comme c’est le cas, d’agresser impunément, au motif que ceci ou cela déplaît et ne correspond pas à ses convictions?
Le laisser-faire, cette impunité favorisent la violence et la barbarie et portent petit à petit vers des affrontements incontrôlables. En la matière, la passivité des pouvoirs publics devant ce blanc-seing concédé à l’agression devient intolérable.
»

Pourquoi diable en voulez-vous tant à M Viard alors que souvent, si souvent, on croirait le lire sous votre plume ? (rassurez-vous, je ne vous assimile pas à lui sur d'autres plans).

Ces vidéos de cette action pacifique, et des violences qu'elle a suscitées de la part des partisans de la corrida, m'ont évoqué irrésistiblement d'autres scènes. Il s'agit de certaines scènes du mouvement des Droits Civiques dans l'Amérique des années 1950-1960. Celles où des braves Blancs molestaient les Negroes au motif qu'ils osaient fréquenter les endroits interdits, qu'ils marchaient ou s'asseyaient là où il ne fallait pas. Comme ces braves Blancs pouvaient aussi molester les Blancs qui prenaient partie pour les Negroes.
Par exemple celle-ci (1957, Little Rock, Arkansas).
Ou encore la brève séquence de 8'56" à 9'19" de ce documentaire (1960, Nashville, Tennessee).

Quoi, l’ignoble docteur Richier met sur le même plan des êtres humains et des animaux !?! Du calme, chers petits anges, rangez vos coups de poing américains et vos nunchakus, je me contente de noter certaines similitudes, je ne superpose en aucune manière les mouvements contre la discrimination raciale et les mouvements de défense des animaux, Les Afro-américains ont pris eux-mêmes leur situation en main, alors que les animaux, même les plus proches biologiquement de l'homme, n'ont pas cette capacité. Et rassurez-vous, personne ne demande des droits civiques pour les taureaux.
J'ajouterai même que je ne me reconnais pas dans ce qu'il est convenu d'appeler l'antispécisme, pour la raison logique que cette posture repose sur un paradoxe insoluble : elle soutient que l'homme ne doit pas se considérer comme un animal à part parce qu'il est le seul animal à pouvoir ne pas se considérer comme un animal à part.

Mais le processus qui conduit à la césure entre groupes humains a bien des points communs avec celui qui conduit à la césure entre hommes et autres animaux. Ainsi la volonté de s'affirmer au dépens d'autres catégories d'êtres vivants, ainsi la jouissance de maîtriser, ainsi la rage de dominer. Nombre d'intellectuels ont pointé cette relation, comme à plusieurs reprises Claude Lévi-Strauss, notamment lors d'allocutions solennelles... à l'Unesco !

Jean-Paul Richier a dit…

[suite]
XK : « Combien de profanations de monuments et de mémoires, combien d’enchaînements, combien d’avanies et d’insultes ignobles faudra t-il supporter avant que l’on daigne enfin réagir? »

Encore une fois, petite leçon de français : le terme "profaner" signifie "porter atteinte au caractère sacré d'une chose, d'un lieu par des actes d'irrévérence". La statue de Christian Montcouquiol aka Nimeño 2 n'est qu'un ouvrage public érigé dans un espace public, à la gloire de la corrida. Il ne s'agit en rien d'un monument funéraire. Le terme "profaner" n'a ici aucun sens, sauf à considérer, tant qu'on y est, que les slogans anticorrida sont des blasphèmes.

XK : « Je ne suis ni boxeur, ni ex-torero, ni surtout juriste, mais il me semble avoir entendu causer, quelquefois, d'une expression: «plainte avec constitution de partie civile». Une hallucination sans doute! »

Je ne sais pas dans quelle mesure les statuts de l'association 1901 pompeusement intitulée Observatoire National des Cultures Taurines, dont l'objet est simplement "d’étudier, de défendre et de promouvoir la culture taurine" lui permettent d'ester en justice en lieu et place de telle autre association locale ou telle collectivité locale. Mais de toute façon une ancienneté de cinq ans est généralement requise pour cela, ce qui n'est pas le cas de la Dédé & Co, déclarée à la sous-préfecture d'Arles le 28 mars 2008.

Et surtout, malgré la persistance du noyautage taurin de nombreuses instances judiciaires, les juristes qui entourent Dédé doivent parfaitement savoir que des actions en justice risqueraient fort souvent de se transformer en balles dans leurs propres pieds. Pour ne prendre que l'exemple de Rodilhan, les coups et blessures volontaires sur les protestataires dont attestent les vidéos pèseraient beaucoup plus lourd que l'irruption sans autorisation de ceux-ci dans le ruedo.

Au demeurant, ce sont les auteurs des exactions envers les protestataires qui vont j'espère avoir des comptes à rendre devant la justice. Les coups et blessures volontaires hors la légitime défense sont une infraction qui, elle, ne bénéficie pas d'exemption pénale territoriale. Et les organisateurs de cette finale, à savoir l'agglomération de Nîmes métropole, le Centre de Tauromachie de Nîmes, et la ville de Rodilhan, devraient expliquer pourquoi ils ont laissé des excités jouer les miliciens improvisés.

XK : « En attendant connaissez vos ennemis. On notera avec délice dans le premier article, avec l'écrin d'une ortografe de décérébré, le détail qui tue: «Des militants ont été désabillés (certains femmes ont eu des attouchements sexuels)». Salauds d'aficionados! En plus d'être alcooliques, ce sont des obsédés sexuels! »

Je crois me rappeler que dans un de vos récents poulets, où vous vous livrez à des attaques personnelles sans intérêt, il est question d’un homme « barraqué ». Assurément, vous ne manquez pas d' "r" ! Quant à votre « dyptère » à roulettes, mentionné un peu plus loin, j'ai beau être un grand sodomiseur de diptères, je n'irais pas jusqu'à envoyer leur "i" se faire voir chez les Grecs. Alors vos sarcasmes ortografiques, M le principal, sauf le respect que je vous dois, vous pouvez vous les... non, ça vous ferait trop plaisir, puisque cette seule perspective déstabilise votre écriture.

En conclusion, les acteurs et les spectateurs de corridas, qui aiment tant à marteler que la violence est du coté des anticorridas, vont répéter en boucle que leurs débordements ne sont que des réactions aux provocations des anticorridas.
Mais ils vont dorénavant devoir traîner de sacrées casseroles avec ce genre de vidéos, qui se passent de tout commentaire. Ce tabassage fait un tabac sur le net.

Je sais, on est d'odieux zobscurantistes et d'affreux zintolérants.

Marc Delon a dit…

j'ai dit que la tauromachie était universelle, dépassait les clivages,etc... et aimée de tous bord mais il est évident (sauf pour vous apparemment, qu'elle n'est pas décriée par tout le monde mais par un certain profil de population. Ce serait intéressant à étudier...)
L'écologie aussi est universelle mais tous ses adhérents votent à gauche.
Mais bon, je n'en fais pas un déshonneur quelconque, je le constate.

Anonyme a dit…

ça m'a toujours fait sourire ce genre de personne qui comme les colons en afrique, trouvaient les us et coutumes des sauvages très barbares.
Ah cette pauvre normalité.
Je n'ai pas besoin de citer machin ou truc... ou même sortir des vidéos pour appuyer mes écrits...
Ces gens du nord veulent vivre chez nous... mais nous sommes des barbares !!!
L'humanité vous intéresse si peu que vous préferez défendre des toros ? Battez vous pour les sans papier, les sans papiers, les chomeurs... faites qq chose d'humain.

Xavier KLEIN a dit…

Comme dab, Jean Paul, VOUS AVEZ RAISON!
Cautionnez! Cautionnez! Il en restera toujours quelque chose!
Seulement le jour –et ce jour là MALHEUREUSEMENT finira bien par arriver- où l’exaspération sera source d’un drame, je n’aimerais pas être à votre place la nuit qui suivra…
Nous n’avons, sinon les mêmes valeurs, du moins les mêmes références.
Vous appartenez d’évidence à cette caste d’intellectuels complètement découplés de la réalité de la vie des gens, qui en jugent d’après de grands principes déconnectés du quotidien. Ainsi, l’image de Mahomet est pour vous celle d’un homme (pour moi aussi d’ailleurs), dépourvue de sacré. Le problème, c’est que pour les autres, les mahométans, elle est sacrée. Ce n’est donc pas vous qui définissez le sacré, mais le ressenti des intéressés. Bizarre qu’un psy ne puisse admettre une réalité aussi élémentaire!
Je vous vois assez bien cheveux longs, vareuse kaki élimée frappée du peace and love, voire appétences marxo-trotskistes autour de vos eighteens: ce n’est pas rédhibitoire puisque c’est l’état de nos élites au pouvoir.
Ah vous aimez causer! Surtout quand la sodomisation se préoccupe surtout du i ou du y du diptère (c’est plus chic avec un y) et non du problème technique de la vaseline.

Pour ma part, issu de ce sud «où même les mémés aiment la castagne», où une petite baffote n’a jamais tué personne et où un coup de pied au cul en a fait avancer plus d’un, vous me parlez volapük. Que voulez-vous, c’est comme cela avec les –comment dites-vous déjà ?- «corridaholics», un terme que vous devrez me traduire, étant trop stupidement aficionado pour en apprécier tout le suc.
Personnellement, mais là aussi, je dois déraisonner, il me semble que de se balader avec une rivière de diamants dans une favela de Rio, faire son footing à poil dans la grand rue de Riad, organiser une partouze à Kaboul ou une manifestation pro-Taïwan à Pékin peut être -très scandaleusement je le reconnais- source de quelques désagréments. En tous cas, c’est faire preuve d’une certaine déconnection avec ce que vous et vos congénères appelez, je crois, le principe de réalité.
Un principe de réalité qui, très heureusement, choque les fanatiques de votre acabit, mais épargne encore un peu nos édiles et nos magistrats. C’est d’ailleurs à cause de cela, que les régions de tradition taurine, comme l’Alsace Lorraine, et bien d’autres cas, bénéficient de tolérances ou d’exceptions à la loi commune.
Que voulez-vous, je le déplore autant que vous, mais l’humanité n’est pas peuplée de gens aussi parfaits et supérieurs que vous. Les cons, dont je m’honore de faire partie -parce que je préfère encore être un con social qu’un génie isolé- conservent encore quelques sympathies et quelque écoute.
Il faut dire que sous nos climats débilitants, on commence à comprendre que vos théories ne concernent pas uniquement la tauromachie. Quand nos concitoyens comprennent qu’au nom de vos principes, le gavage des oies, l’élevage, etc. seront les suivants sur la liste, les cons se font infiniment plus nombreux.
A n’en pas douter, au nord de la Loire, on est choqué par les images de Rodhillan, au sud par contre, on trouve les aficionados très gentils et patients. Je ne vous conseille pas d’envoyer votre fils ou votre fille manifester ainsi de par chez nous : avec toute la sympathie que vous m’inspirez, je ne saurais vous assurer de les retrouver dans l’état d’origine…
Quant à mes enfants, je leur ai appris à ne pas tenter le diable et à ne résister que le dos au mur. Ce qu’ils feront, comme leurs parents, si un jour on s’avisait de supprimer en force la corrida : un beau conflit et des violences en perspective, vous ne serez pas déçu…
Mais VOUS AVEZ RAISON…

Xavier KLEIN a dit…

Au fait, j'avais oublié, comme tous les mots d'argot, «barraqué» peut être diversement orthographié (http://www.languefrancaise.net/bob/liste.php?motsclef=baraque&submit=Ok&moduless=siterech)
Quant à la sodomisation de «diptère», vous conviendrez que le fondamental -si l'on peut dire-, n'est ni le «i» ni le «y», c'est le «Q». Quoique le grec, par le truchement du «y», vu leurs moeurs supposées me semble approprié.
1 à 1, la balle au centre!

el Chulo a dit…

je t'encourage à étudier, en effet marc, avant de balancer ces certitudes.
c'est koi les verts? nicolas hulot?
je ne pense pas que nous bouffions la même herbe qui les fait rire.
et les verts belges c'est koi, des stroumpfs?
allons allons amigo un peu de sérieux.

Jean-Paul Richier a dit…

XK : « Seulement le jour –et ce jour là MALHEUREUSEMENT finira bien par arriver- où l’exaspération sera source d’un drame, je n’aimerais pas être à votre place la nuit qui suivra… »

Ah, cette fameuse compulsion des addictionados à inverser les rôles ! Si j'étais psy...

XK : « Vous appartenez d’évidence à cette caste d’intellectuels complètement découplés de la réalité de la vie des gens, qui en jugent d’après de grands principes déconnectés du quotidien. »

Ben voyons. C'est bien connu, j'écoute France Culture en cachette sur mon lecteur radio en recevant les gens et leurs familles dans le cadre de mon exercice public quotidien de psychiatre.
Autre chose ?

XK : « Ainsi, l’image de Mahomet est pour vous celle d’un homme (pour moi aussi d’ailleurs), dépourvue de sacré. Le problème, c’est que pour les autres, les mahométans, elle est sacrée. Ce n’est donc pas vous qui définissez le sacré, mais le ressenti des intéressés. Bizarre qu’un psy ne puisse admettre une réalité aussi élémentaire! »

Z'avez toujours autant de mal à faire la différence entre le descriptif et le normatif, hein ? Je touche du doigt tous les jours la variété humaine des expériences, des représentations, des cultures, des valeurs, des morales, des croyances, des passions, des convictions, des sentiments, des goûts, des intérêts, des idées...
Et je n'en ai pas moins des opinions morales ou politiques que je défends. Comme tout le monde.

XK : « Pour ma part, issu de ce sud «où même les mémés aiment la castagne», où une petite baffote n’a jamais tué personne et où un coup de pied au cul en a fait avancer plus d’un, vous me parlez volapük. »

Malheureusement pour vous, cher Monsieur Klein, il y a autant d'anticorridas dans le sud taurin qu'en Bretagne ou qu'en Franche-Comté. Les enquêtes d'opinion en attestent (je sais, c'est énervant).
Et je dirais même, moi qui connais ce milieu, contrairement à vous, que c'est dans les zones taurines que se recrutent les anticorridas les plus nombreux et les plus virulents. Donc le coup de "notre culture régionale à nous qu'on a que les zautres y peuvent pas comprendre", c'est un tantinet usé...

XK : « Personnellement, mais là aussi, je dois déraisonner, il me semble que de se balader avec une rivière de diamants dans une favela de Rio, faire son footing à poil dans la grand rue de Riad, organiser une partouze à Kaboul ou une manifestation pro-Taïwan à Pékin peut être -très scandaleusement je le reconnais- source de quelques désagréments. »

Vous êtes dur avec les taurins, quand même, les comparer à des bandes délinquantes, des talibans, ou des régimes totalitaires !! Si c'était moi qui l'avais fait, qu'est ce que j'entendrais !

Jean-Paul Richier a dit…

XK : « Un principe de réalité qui, très heureusement, choque les fanatiques de votre acabit »

Ah, mon pauvre Monsieur, les fanatiques anticorridas sont partout en France, m'en parlez pas ! Y en a déjà une centaine parmi les députés, plus d'un millier parmi les vétérinaires, sans compter des psys, des philosophes, des historiens, des juristes... Faudrait tous les mettre en taule ou à l'asile, pas vrai ?

XK : « C’est d’ailleurs à cause de cela, que les régions de tradition taurine, comme l’Alsace Lorraine, et bien d’autres cas, bénéficient de tolérances ou d’exceptions à la loi commune. »

Les exceptions au droit commun (notamment le régime concordataire !) en Alsace-Moselle sont inconstitutionnelles, tout comme l'exception taurine, nous en sommes d'accord (elles feront tôt ou tard l'objet de QPC, mais la crainte de représailles électorales sera la plus forte). A ce détail que l'exception taurine est la seule à concerner le droit pénal, ce qui est quand même légèrement problématique.

XK : « Quand nos concitoyens comprennent qu’au nom de vos principes, le gavage des oies, l’élevage, etc. seront les suivants sur la liste, les cons se font infiniment plus nombreux. »

J'ai donné à consulter à quelques connaissances des vidéos sur la réalité du gavage industriel des canards mulards (des *oies* !? dans quel monde vivez-vous donc ??), d'un seul coup elles sont moins attirées vers le foie gras, allez savoir pourquoi.
Quant à l'élevage industriel, j'ai du mal à vous suivre, un des arguments favoris des addictionados étant "Battez-vous plutôt contre l'élevage industriel !" (eux-mêmes ne se battant contre rien du tout, naturellement).

XK : « Je ne vous conseille pas d’envoyer votre fils ou votre fille manifester ainsi de par chez nous : avec toute la sympathie que vous m’inspirez, je ne saurais vous assurer de les retrouver dans l’état d’origine…
Quant à mes enfants, je leur ai appris à ne pas tenter le diable et à ne résister que le dos au mur. Ce qu’ils feront, comme leurs parents, si un jour on s’avisait de supprimer en force la corrida : un beau conflit et des violences en perspective, vous ne serez pas déçu…
»

Merci de ces aveux dont je prends précieusement note.
Mais ne vous en faites pas, je sais de par mon exercice que la violence et le conflit sont constitutionnels à l'Homo sapiens®.

ludo a dit…

"Faudrait tous les mettre en taule ou à l'asile, pas vrai ?" ( JPR parlant des zantis : "psys, des philosophes, des historiens, des juristes..." parle pas de Monique Olivier, pas parce qu'elle n'est pas de l'élite intellectuelle européenne, mais parce qu' elle est déjà à l'ombre )
non, non et non, dear djonpol i m'indigne ! c'est nous qui devons aller en taule ou à l'asile en premier. c'est mâme JO, une de vos amies, qui l'a écrit en prem's avant vous ! vous n'avez pas le droit de nous soustraire ainsi du rang des opprimés. tricheur !
ou alors on nous met tous ensemble en même temps au zonzon et chez les pecs ?
ouaaaiiiis, pas mal comme idée. non ?


ludo

Jean-Paul Richier a dit…

Si je puis me permettre de vous apporter des éléments de réponse, Monsieur Delon, il en est des opposants à la corrida comme de ses partisans : on y trouve absolument de tout : des anarchos aux fachos en passant par les centraux, des grenouilles de bénitiers aux bouffeurs de curés en passant par les fils de Jacob, du populo aux intellos en passant par la middle class, des urbains aux ruraux en passant par les banlieusards, des féministes aux machos en passant par les zomos, des jeunes blancs-becs aux vieux cons en passant par les entre-deux-âges, des Lillois aux Nîmois en passant par les Mimizanais etc.

Désolé pour votre cliché du bobo-écolo-parigo-bien-pensant-politiquement-correct-qui-veut-imposer-une-culture-cosmopolite-étriquée-aseptisée (j'ai rien oublié, c'est bon ?)

Pour continuer à mettre à mal vos présupposés, toutes sortes d'éléments sociologiques sont à votre disposition dans le détail des enquêtes d'opinions, Monsieur Delon, par exemple :
- l'enquête SPA/LH2 d'octobre 2007, qui demandait simplement aux personnes interrogées leur position à propos de la corrida (72,2% des Français se déclaraient "contre" la corrida, et 18,2% "en faveur", avec 9,5% de sans opinion).
- l'enquête IFOP d'août 2010, qui posait expressément la question de l'interdiction - horresco referens - (66% des Français étaient favorables à une interdiction des corridas, contre 34% qui y restaient opposés).

On pourra là aussi constater en passant que ce souhait d'interdiction se retrouve (comme pour l'enquête de 2007) presque autant dans les régions taurines que dans les régions non taurines (respectivement 63% vs 37% et 67% vs 33%).

Serviteur

Marc Delon a dit…

je t'encourage chulo à t'infiltrer dans leur mouvement (puisque ton patronyme n'est pas public) et à me rendre compte - sérieusement - ...

el Chulo a dit…

marc, j'y suis, ne le répète pas!

Jean-Paul Richier a dit…

Bon, allez, puisque nous sommes sur le point d'être percés à jour, le moment est venu de vous dire la vérité.

Nous ne sommes qu'une poignée. Une infime minorité, quelques dizaines à la surface de la planète. Notre objectif est de détruire, par pure perversité, ce que l'être humain a de meilleur en lui. Les autres militants sont recrutés parmi les esprits les plus faibles, et placés sur le terrain au terme d'un lavage de cerveau méthodique, emprunté à des procédures sectaires soigneusement élaborées, qui leur fait artificiellement placer la souffrance animale avant le plaisir humain.

Mais l'Anti-Corrida, c'est-à-dire l'Anti-Culture, est une organisation financière colossale, construite à force de turpitudes et de trahisons, qui oeuvre dans l'ombre.
Extorsions de fonds, rançons, impôt zoophile révolutionnaire, dons généreux "anonymes", blanchisserie panaméenne, fiduciaire zurichoise, la pieuvre anti-tauromachique a de quoi étouffer ses proies.
Elle emporte les convictions à coups de zoo-dollars, car les cellules étazuniennes de ce lobby anti-culturel, pour vaincre les réticences, sont généreuses en "enveloppes", délivrées par des escort-girls sous le contrôle de PETA. Quand les réticences persistent, la pieuvre élimine. Hiérarques politiciens, hauts-fonctionnaires, magistrats éminents, rédacteurs des grands médias, tous sont méthodiquement ralliés... ou rayés.

Je tiens de source bien informée que Le démoniaque Pr Hély dispose dans les sous-sols d'Agde d'un gigantesque quartier général à partir duquel plusieurs centaines de miliciens fanatisés envoient 24h sur 24 leurs ordres aux innombrables ramifications planétaires de l'hydre antitaurin.

Moi qui vous parle, j'étais à la dernière AG de l'Association Transgalactique des Anti-Corrida. Elle se déroulait aux Iles Caïman, où notre Secrétaire Général a fait construire une réplique du château de Louis II de Bavière grâce à un don d'Ingrid Newkirk. En débarquant du yacht de Wayne Pacelle, ma cagoule à pointe m'est tombée sur les yeux, je me suis pris les pieds dans ma robe et je me suis viandé sur les rochers.
J'aurais dû venir avec Brigitte Bardot en Super Puma, ça m'apprendra. Enfin bon.
L'ALF avait mis un commando de protection à ma disposition pour l'occasion, ils m'ont aidé à me relever et à entrer au château.

Après avoir sillonné d’immenses galeries de marbre, croisé d’autres militants qui cherchaient le Congrès Annuel des Opposants Extrémistes Fanatiques et Intolérants à la Chasse à Courre, nous avons fini par trouver nos salons, et y pénétrer après être parvenu à chuchoter le mot de passe, bien sûr anglais, avec le bon accent.

Eh bien vous me croirez si vous voudrez, nous étions en duplex avec Leonardo Anselmi, de la clinique souterraine où il venait encore de se faire greffer un nouveau visage pour tromper l'ennemi, avec le Conseil d'Administration du PACMA réuni en session extraordinaire, et avec la Grande Loge Satanique de Mouans-Sartoux.

Pour le 12 décembre de l'an 2012, il est prévu que nous enlevions André Viard et que nous le forcions à regarder Bambi, avec la technique Ludovico décrite dans Orange Mécanique, jusqu'à évanouissement.
Nous avons voulu fêter ce plan diabolique avec quelques coupes de champagne millésimé servies par des esclaves nues végans. Mais boire avec le visage masqué par une cagoule n'a rien d'évident. Alors nous nous sommes rabattus sur quelques sacrifices d'enfants kidnappés à des empresarios mexicains par Norberto Solís Cruz, la routine.

Maintenant que je me suis dévoilé, ma peau ne vaut plus grand chose. Ils vont remonter jusqu'à moi et m'éliminer. Ils sont une infime minorité, mais ils ont tout infiltré, ils contrôlent tout. Vous ne pouvez rien contre eux, ils ont le pouvoir, l'argent, la presse... Oui, même la presse, ils pourrissent petit à petit Le Midi Libre, et bientôt gangrèneront même Sud-Ouest. Mais je mourrai dignement... Adieu !!

Xavier KLEIN a dit…

Sacrebleu Jean Paul, vous progressez!
Enfin de l'humour et du duende!
Que gracia!
Arte!

Anonyme a dit…

Bravo ! quel texte ! quelle fertile imagination ! ça nous change des amaigris du rachis qui nous reserve sempiternellement "la vaseline dans les yeux ", "les coins de bois enfoncés dans les sabots" ou "les sacs de sable lancés sur le dos " de ces pauvres taureaux. Ces élucubrations prouvaient que les antis avaient de l'imagination, mais elle sentait le rance et le brouet, la déconfiture de navets. on en soupirait presque de commissération devant si peu d'épaisseur fictionnelle.Mais là ! Là, il y a de la saucisse confite,du camajot et des monjettes. Roboratif mais revigorant. Chapeau bas, sieur Richier.

Yénébézouindéperson y ennarlédavidson

Anonyme a dit…

Non, non c'est pas vraiment très, très compliqué ton tas de glaviots tipo cour de mat'sup, cher Richier dans les bottes.il ne faut pas croire, ma ziquette de merlan en massepain,que dès que tu ouvres le bec il suffit que tu dises que l'autre n'est qu'un mal apprenant , un mou de la comprenette, un indigent de la réflexion - sous-entendu comment pourrait-il en être autrement de la part de ces tarés ?- pour que la situation tourne à ton avantage ou du moins que tu paraisses auréolé de ce dédain si caractéristique des pédants, même à couvert de truculence feinte et faisandée. On a bien saisi ta position. la plus alambiquée du kama-soutra intellectuel : le donneur de leçons du bal des débutantes.dès lors tout semble si primesautier, charmant, anodin, fleur de cystise aux dents de la Blanquette.eh non ! tu es celui que tu as l'air de ne pas vouloir être : un comissaire au peuple.et une belle quiche, je réitère, aussi.mais ça, c'est plus simple à comprendre.le violeur par exemplen je n'y tiens pas , relis la prose de Jo et tu comprendras que c'est elle, conchilycole tragique, qui s'y accroche, .
Bien à toi,

Jean Sébastien Baratapas

ps : alors cette AG commune avec les De Crépy's boys ,c'est pour quand ? et norberto solis et arturo mas, ces si affectueux zantis, des news ?