Humeurs taurines et éclectiques

mardi 11 octobre 2011

J'hallucine!

Comme dirait ma fille: j'«hallucine».
J'«hallucine», mais je ne «paranoïe» pas...
Putaingue! comme disait Chichi, 3 ans déjà depuis l’ouverture du blog le 12 octobre 2008

3 ans, ce sont 320 articles publiés.

Depuis le 23/01/2009 (1000 jours )
134000 visiteurs de 47 nationalités différentes
Moyenne de 93 nouveaux visiteurs par jour
Moyenne de 251 visiteurs quotidiennes

Jamais je n’aurais cru être capable de tenir 3 ans!

3 ans d’humeurs et d’articles alternant interrogations, critiques, fond, forme, colères, joies, doutes, engueulades, propositions, idées, venin, déceptions, provocations, affirmations, conneries, etc., etc.

3 ans où la Brega a tant bien que mal réussi à demeurer un espace de libre expression, où les commentaires, même quand ils font mal, même quand ils sont désagréables, et parfois même lorsqu’ils sont offensants, voire limite injurieux ont été publiés.

3 ans d’«états multiples de l’être» -pour parodier l’un de mes maîtres, René GUENON, - où le lecteur a dû supporter, endurer les méandres baroques de mes flâneries névrotiques. Une névrose, dont mon seul mérite est d’être conscient, contrairement à la foule de ceux qui s’acharnent à ignorer la leur… quand il ne s’agît pas de leur perversité!

3 ans de l’infinie patience de ceux qui ont subi mon style lourd et foisonnant, ses digressions, ses répétitions, ses manques.
***
On écrit comme on est, en prenant toutefois le risque de se dévoiler, d’entrouvrir l’armure, la coque protectrice que la plupart d’entre nous s’acharne à protéger et à sans cesse renforcer.
On prend le risque de la critique, d’une critique qui mette à mal nos ego, nos je, nos jeux, le risque d’une atteinte douloureuse à notre précieux narcissisme.
***
Je sais, j’entends combien la démarche peut irriter voire insupporter certains. Combien d’amis, de bienveillants, m’apostrophent souvent: «Pourquoi «batailler» ainsi?» ou récemment tel l’ami Chulo: «Tu te fais du mal mon Javierin!»

Que voulez-vous, je ne puis vivre sans remises en cause, sans doutes, sans questions.

Des questions ou des critiques adressées aux autres mais en fait, secrètement, à moi-même.
Il n’est rien qui ne m'insupporte plus chez les autres que ce que je ne supporte pas en moi. De même que ma colère, trouve bien souvent son fondement dans ce que je suis ou ne suis pas, ce que je fais ou ne fais pas, et se reporte vers les autres avec une intensité à la mesure de ce dont je m'accable.

Les idées, les questions se sèment, germent, se cultivent, s’arrosent, et … produisent. N’en doutons pas!
Voyez comme certaines (et certains...) ont changé depuis que tels de petits missiles autoguidés, elles ont jailli de quelques consciences rebelles.
Voyez comment leur martèlement obstiné, en dépit des injonctions, des menaces, des chaires autoproclamées a triomphé!
Voyez comment la conversion des discours s’accomplit, malgré les dénis, le mépris affiché!
***
En fait -faut-il s'en excuser?- les réponses ne m’intéressent pas trop.

Une réponse n’est qu’un des barreaux, qui, une fois atteint en révèle d’autres, de l’infinie échelle de Jacob de l’immanence.
Une réponse -si tant est qu’elle existe- n’est qu’une courte pause sur le chemin sans fin des «chercheurs de vérité». La seule vérité qui vaille demeurant dans la question, comme la seule foi qui vaille s'érige sur le doute.
***
Je suis ainsi!
Ainsi je suis!
Si l’âge ne m’a apporté qu’une seule sagesse, c’est celle de l’accepter et de vivre avec. Et que ceux qui ne l’acceptent pas aille bloguer ailleurs!

Faut-il continuer à questionner sans cesse? Faut-il proroger la Brega?
Faut-il s’abstenir de penser, au motif que d’autres, spécialistes, philosophes, psys, professeurs d’université, docteurs es cogitations dûment patentés, prétendent penser mieux ou monopoliser la chose? Et faut-il s’abstenir de dire, d’écrire ce que l’on pense par l’effet d’une fausse humilité et d’une véritable couardise?

Socrate prétendait accoucher la vérité de l’entendement de l’esclave, Platon voulait nous faire sortir de la caverne. Voilà la lutte éternelle, l'inépuisable litanie des porteurs de lumières qui appellent chaque Homme à marcher vers le brasier de la connaissance.

Pourquoi les trahir? Pourquoi quitter la voie? Pourquoi se refuser aux sarcasmes et à la haie de verges (non, pas de phallus!) qui de toute éternité ont jalonné leur marche?

Il n’est de progression dans ce pèlerinage que dans le combat et le heurt des idées. Il n’est de victoire que dans la ferme résolution de ceux qui n’abdiquent pas leur responsabilité de penser, qui ne la délèguent pas et qui assument cette héritage prométhéen de nourrir le feu de la pensée et de la conscience humaine, même lorsqu’il se réduit à une braise à peine rougeoyante ou à une  étincelle ténue.

Le feu!

En cadeau d’anniversaire, nulle publication exceptionnelle, nulle commémoration, seuls quelques mots d’un poème oublié, que si peu connaissent:

[…] «Parce que, irrémédiablement, je reconnais en moi...
bien plus qu'un enfant du Ciel
Un fils de la Terre!

Je monterai ce matin, en pensée, sur les hauts lieux
chargé des espérances et des misères de ma mère
et là...

fort d'un sacerdoce que VOUS SEUL, je le crois, m'avez donné...
sur tout ce qui dans la Chair humaine s'apprête à naître ou à périr
sous le soleil qui monte...
J'appellerai le FEU !

Pierre Teilhard de Chardin «La messe sur le monde»


Xavier KLEIN


7 commentaires:

Bernard a dit…

Mon cher Xavier,

Il me semble bien que te voici reparti, à notre plus grande joie, pour un nouveau bail de 3 ans!...

Olé y olé y olé - Bernard

Pierre a dit…

Je souhaite un trés bel anniversaire a La Brega ! ! !
Je ne suis que lecteur régulier et je ressigne pour 3 ans de délices !
Je crois que tu n'as pas le choix
3 mas ! ! !

Piroulet 40 a dit…

Mon cher Xavier,

Enfin un espace de liberté!!
Par tes écrits, tu nous fais revivre et peu importe les "pisses triste", il y en a toujours eu et il y en aura encore. Alors bravo, il est bon de mettre des coups de pieds dans la fourmilière, ça secoue les consciences et énerve les inconscients.
Bravo pour tout ce que tu fais, et tous mes encouragements te suivent pour, je n'en doute pas , ce que tu feras encore.
Abrazo fuerte,
Patrick.

"Jiès Arles" a dit…

Tous les matins ... je viens ... tous les matins ...je lis ou je relis ... Alors Bon Anniversaire et ...à demain ! Jiès

ludo a dit…

Feliz cumple. nos vemos en st sever.
abrazo.

ludo

Anonyme a dit…

Fais attention de ne pas te andréviardiser!!!!!

pedrito a dit…

Cher Xavier, t'étonnerai-je en écrivant que la BREGA fait parti de mon exercice quotidien de saine détente?
J'espère te retrouver encore longtemps, en tout cas beaucoup plus de 3 ans.
Abrazo