Humeurs taurines et éclectiques

jeudi 14 janvier 2010

MUY INKORREKT

«L'humour est l'anthropophagie des végétariens»
Francis PICABIA, «Aphorismes»

Ca risque fort d'en défriser quelques-uns de par les chaumières taurines, mais tant pis, ou tant mieux!
J'entends d'ici les cris d'orfraie des intransigeants et le ahanement des bourreaux qui chargent de fagots mon bûcher expiatoire
Pourtant ce serait un crime que de vous priver d’un bijou de prose anti-taurine, tel que malheureusement, les «zantis» sont généralement bien en peine d’en produire. Comme le chantait le regretté Boris (ou Vernon pour les intimes): «Je suis snob…» et je demeure inoxydablement sensible à des coquineries passées de mode, telles que l’intelligence, l’humour (le vrai) ou la finesse, toutes valeurs en perte de vitesse en Sarkozie Intérieure.
Je suis tombé (presque) par hasard, sur le blog de Jean Paul RICHIER, un lecteur et commentateur fidèle et critique (c’est le moins qu’on puisse dire) de la Brega, avec qui nous entretenons une riche et intensive dispute philosophico-psychatrico-ethnologico-mystico-taurine, qui doit barber la plupart des lecteurs mais qui passionne les plus pervers.
Le Docteur Jean-Paul RICHIER est un petit canaillou. Il avait omis de préciser qu’il «en était».

Je veux dire par là que loin d’être un blogueur anonyme, le Herr Doktor est une pointure.
En l’occurrence, l’un des experts scientifiques qui sont intervenus lors des rencontres «Animal et Société», vous savez cette commission réunie par le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche en 2008, pour enterrer en grande pompe le merdier taurin naissant (http://www.animaletsociete.fr/verbatims/Verbatim-Atelier-intergroupes-Corrida-et-jeux-taurins-Reunion1.pdf)
Mais Jean-Paul RICHIER ne s’en est pas tenu à cette broutille où il dut certainement beaucoup se divertir puisqu’un certain A.V. de Vieux Boucau y officiait comme comique troupier. Il n’était pas le seul d’ailleurs à grenouiller dans la choucroute, y'en a qui aiment!
J.P. est également l’auteur d’un appel beaucoup moins rigolo, même au second degré, et qui me semble plus contestable (Les moins de seize ans ne doivent plus avoir accès aux corridas, http://margarida.over-blog.com.over-blog.com/article-dr-richier-les-moins-de-seize-ans-ne-doivent-plus-avoir-acces-aux-corridas--39535361.html).
Ce n’est toutefois pas de ce Jean-Paul RICHIER là que je veux parler. C’est de son Walter Ego, l’auteur plein de verve, d’ironie, et parfois de mauvaise foi (ce qui va avec), qui étincelle dans la rubrique subtilement intitulée «Bouchers à l’arène» de son FAQ À L'USAGE DES AFICIONADOS
C’est ma foi assez bien vu, et provoque quelques grands esbaudissements pour qui se pique de quelque humour et accepte de rire ou sourire de ses travers.
On ne saurait trop recommander cette saine, gaillarde et revigorante lecture qui vaut bien des opus.
http://zone.pazenn.over-blog.com/article-6420987.html

Pourtant, deux interrogations ne laissent pas de me tarauder :
1°) Pourquoi le cher Jean Paul a t-il choisi notre blog pour y porter la contradiction, alors que la Brega n’est que l’underground de la cave du sous-sol du net taurin avec une audience confidentielle (mais de qualité). Il y a pourtant d’autres canaux (historiques) plus porteurs et plus lus!
Certains se targuent même de centaines de milliers de visites par an, et d’éminents polyspécialistes y officient, en charge (ou aspirant à le devenir) de la défense officielle et politiquement korrekte de la tauromachie.
Ce n’est pas que je me plaigne des attentions du bon docteur. Tout au contraire.
Mais cela me turlupine (attention Docteur, pas d’interprétation psychanalytique mal placée!).

2°) Jean-Paul RICHIER aurait-il conservé quelques notes de ses débats (et dans débats il y a ébats) avec «l’Inénarrable», histoire qu’on rigole un peu avec les conneries qu’il débite en notre nom. Auquel cas il pourrait avoir l’amabilité de nous communiquer un florilège des perles de la plus belle eau, histoire que nous aussi puissions nous gausser. Pas toujours les mêmes…

En conclusion ferme et définitive, le blog de Jean-Paul RICHIER est un must à ne manquer sous aucun prétexte!
A quand le FAQ à l'usage des zantis? Nous serions-là véritablement dans l'humour: savoir rire de soi-même. Medice, cura te ipsum!
Quand je vous disais que j’étais snob...
Xavier KLEIN

.

29 commentaires:

Bernard a dit…

Mon cher Xavier,

Au fond, tu nous proposes de nous encanailler auprès d'une ressucée (attention le psy à pointure!) de "Mon Dieu, gardez moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge!" [où il n'est d'ailleurs jamais précisé "avec quoi" on charge ces ennemis - fors des cornes, ce qui serait d'un banal...]

Mais au fait, il est où ce blog tant vanté (parce que, s'il est question de s'enkanailler, autant de pas faire semblant...)

Salut vespéral - Bernard

Xavier KLEIN a dit…

Cliquer sur ou recopier les liens orange, cher Bernard.
Il n'en demeure pas moins que chose rare, nous avons affaire à quelqu'un qui connait les arcanes taurins et qui formule de vraies objections techniques et philosophiques. Cela change des la vaseline dans les yeux des toros, des coins de bois dans les sabots ou des aiguilles dans les testicules qui nous faisaient tant rire.

el chulo a dit…

je ne voudrais pas avoir à objecter une quelconque sagesse, encore moins une tiédeur ou une modération.
ceci dit, où xavier a raison c'est que nous avons affaire à une pointure.
c'est évident.
il suffit de comparer ses dires aux hurlements extra uterins de madame jo pour saisir la différence.
on imagine surtout l'inénarrable et ineffable dédé face à cet himalaya de dérision, d'intelligence tactique et de distance, et on tremble pour lui lorsqu'il est sensé "nous" représenter, de façon parfaitement autoproclamée.
j'ai vu aussi sourdre vian, le plus lacanien de nos poêtes, peut être le plus important.

j'ai toujours en travers du gosier son inepte analyse de barcelone, je parle d'"el dede" de soustons, après tout, si les catalans votent contre la corrida, pourquoi pas, ce qu'ils ne feront pas et cette tarte à la creme majuscule de l'Unesco!

pour le reste, je vous recommande bastonito le petit baltasar iban chez l'ami sol y sombras.

ce petit toro dit mieux que tous les mots ce que nous voyons dans la corrida, et si au physique il pouvait ressembler au deifie desgarbardo, s'il répétait sans se lasser, c'était sans la moindre naiveté ni miévrerie, et on ne pouvait le détacher du cheval.
L'immense Vidal parla de "casta brava" mais aussi de torero "en dessous" du toro.
d'ailleurs, rincon qui souleva les arenes dacquoises pour la grace de desgarbardo gouta par deux fois des cornes de bastonito.
ce n'est nullement une excuse, car je reste persuadé que la corrida est "inexcusable" selon certains canons moraux qui peuvent parfaitement s'entendre.
mais la rédemption de ce "pèché" est dans le respect que l'homme porte à la bête, admettre les aleas, les divines et les mauvaises surprises, et aussi de mettre sa vie dans la balance.
sommes nous de dangereux antis lorsque nous disons que la corrida n'est plus qu'un business, que faute de figuras pour les toreer, des encastes disparaissent, au profit de 90 pour cent de "borregas" idiotes.
L'intérêt bien compris et certainement estimable des figuras est de pouvoir enchaîner un nombre maximum de corridas au tarif le plus élevé possible, ce qui leur auusre une armoire de rollex.
dès lors demandez leur de s'envoyer des bastonito, "casta brava" prêts à être torées à condition d'y mettre les formes de sitio, d'engagement et de lidia et refusant de se voir imposer trois passes stéréotypées d'affilée.

Jean-Paul Richier a dit…

Le blog dont il est question est de Jean-Paul, pas de Jean-Paul Richier. D'ailleurs le pauvre n'a apparemment plus guère le temps de l'entretenir.
Tant qu'à lui faire de la réclame, n'oubliez pas le Programme de Logomachie Tauromachique.
Si ce blog est délibérément confidentiel, le vôtre ne l'est pas tant que ça, puisque j'ai eu vent de votre article.

Si j'avais « choisi » votre blog pour causer, c'est parce que vous ne vous réfugiez pas derrière le déni de vos pulsions agressives, ce qui est rarissime chez les addicts de corrida.
Et pour voir jusqu'où allaient vos possibilités d'échange.
Las, malgré des efforts dont je vous reconnais le mérite, vous avez fini par vous ranger à la rhétorique du Caudillo de Vieux-Boucau ou de l'Oligophrène du Callejon : la disqualification du contradicteur, dernière station avant la panne d'arguments.

Récapitulons quelques échanges, qu'on peut consulter dans les commentaires suivant votre article « La politique de l'autruche ».

A l'évocation d'une loi qui étendrait la pénalisation des corridas à l'ensemble du territoire français, vous aviez proclamé :
« Cela me mettrait aussi très en colère, et capable d'une violence légitime pour défendre une liberté fondamentale. »
Et vous confirmez :
« Je refuserai d'appliquer une loi injuste et je la transgresserai. »
En ajoutant sans rire : « La résistance, vous connaissez? ». Il est vrai que vous m'aviez indiqué vos articles sur « Nazisme et animalisme ». Je vous avais donc pour la peine composé un hymne :
Ami, entends-tu le vol noir des zantis sur l'arène ?
   Ami, entends-tu les cris sourds des taurins qu'on enchaîne ?
   Ohé! Mundillo et aficionados, c'est l'alarme.
   Ce soir, l'ennemi connaîtra le prix du sang et des larmes.


Plus loin, vous insistez, à propos des contraintes légales: « J'en refuse d'autres, il est vrai, entre autres, de communiquer le nom des élèves étrangers à la préfecture. Et je l'assume. »

Je ne contestais pas cette faculté de désobéissance civile à titre altruiste, mais ça ne vous empêche pas de conclure, encore plus loin, en apothéose :
« Etant donné que l'assistance apportée aux sans papiers est devenue un délit, libre à vous de dénoncer cette infraction grave de ma part aux lois et règlement de la République.
C'est une tradition familiale, on aidait déjà les juifs il y a 70 ans. Une pratique familiale de la transgression qui doit vous paraître insupportable.
»

Vous m'aviez déjà opposé ma « violence », mon « totalitarisme », mon « intolérance » et mon « fanatisme ». Je ne vous en voulais pas, ça fait partie des figures imposées dans le manuel du Parfait Petit Taurin.
Mais assimiler, de fil en aiguille, votre refus de respecter une éventuelle loi anticorrida avec le refus des lois anti-juives sous l'Occupation, et assimiler dans la foulée ma position avec la collaboration vichyste, c'est quand même mettre mon sens de l'humour à rude épreuve.
Même les Observateurs des Cultures Taurines n'ont pas osé. Chapeau bas !

Mais n'en parlons plus, vous m'avez convaincu.
Halte aux dérives liberticides !
Laissons libre cours à nos pulsions !
Supprimons l'art 521-1 du Code pénal, c'est quand même pas les bestioles qui vont dicter la loi à l'Homo sapiens®, divine créature !
Allons plus loin, je lance la Fédération des Luttes pour l'Abolition du Code Pénal !
Vive la liberté ! ¡ Viva la muerte !

Le principal, c'est qu'on ne touche pas à l'art L 2212-2 du CGCT, qui permet aux maires d'interdire les manifs à proximité des arènes, pas vrai ? Paraît même qu'une fois un vilain zanti a dit un gros mot, jusqu'où s'arrêteront-ils ?

Xavier KLEIN a dit…

Je n'ai sûrement pas l'intention de vous disqualifier dans cet article, somme toute bon enfant qui vous fait réagir avec une vivacité tout à fait étonnante.
Si vous aimez à vous victimiser libre à vous, mais au suivi des échanges dont vous ne retenez que ce qui vous arrange, et éludez ce qui ne vous convient pas, la chose sera difficile.
En fait de victime, il y a mieux!
Quand je conclus:"Une pratique familiale de la transgression qui doit vous paraître insupportable.", ce n'est nullement une assimilation à une supposée position vichyste, mais à votre statut de psychiatre. Il faudrait lire: "Une pratique familiale de la transgression qui doit paraître insupportable au psychiatre que vous êtes.". Et si j'ai cité ces exemples, c'est pour souligner combien la soumission systématique à la loi (et à la loi du grand nombre) n'était en rien une attitude de justesse, et combien la transgression pouvait être moralement défendable et légalement condamnable.
Réagiriez-vous comme ce préfet récemment débouté, aux mêmes motifs?
N'extrapolez donc pas comme cela vous arrange.
Vos deux derniers paragraphes, marqués au coin de la pondération et d'une argumentation raisonnable donnent sans nul doute un certain poids à vos propos!
Au fait, c'est vous qui voulez changer la loi, ce n'est pas moi.
Telle qu'elle est, et telle qu'elle est appliquée elle me convient parfaitement.
Encore un exemple de l'inversion des choses...

Jean-Paul Richier a dit…

XK : « Je n'ai sûrement pas l'intention de vous disqualifier dans cet article, somme toute bon enfant qui vous fait réagir avec une vivacité tout à fait étonnante. »

Allons, ce n'est nullement cet article effectivement bon enfant, qui me fait réagir. Ce sont vos commentaires antérieurs, tels que je les rapporte, et auxquels précisément ma première réaction était restée lettre morte.

XK : « Quand je conclus:"Une pratique familiale de la transgression qui doit vous paraître insupportable.", ce n'est nullement une assimilation à une supposée position vichyste, mais à votre statut de psychiatre. Il faudrait lire: "Une pratique familiale de la transgression qui doit paraître insupportable au psychiatre que vous êtes." »

Donc, sans coupure, ça nous fait, corrigez-moi si je me trompe : « C'est une tradition familiale, on aidait déjà les juifs il y a 70 ans. Une pratique familiale de la transgression qui doit paraître insupportable au psychiatre que vous êtes ».
J'avoue que j'ai un peu de mal à saisir, je vais demander à des confrères psychiatres s'il peuvent m'éclairer...

XK : « Et si j'ai cité ces exemples, c'est pour souligner combien la soumission systématique à la loi (et à la loi du grand nombre) n'était en rien une attitude de justesse, et combien la transgression pouvait être moralement défendable et légalement condamnable. »

J'ai déjà souligné quant à moi à deux reprises que « la désobéissance civile à titre altruiste n'a rien à voir de près ou de loin avec la transgression des lois à titre égoïste. » Je peux le redire autant de fois qu'il faut, si ça a du mal à rentrer.
Mais après tout, les réseaux mafieux pourront se prévaloir de votre raisonnement : « Personne ne pourra nous priver du proxénétisme, du trafic de stupéfiants, du racket ou du blanchiment d’argent. Nous garderons notre liberté et notre culture. C'est notre devoir de résister aux lois liberticides, à l'instar des Justes durant les heures sombres de notre Histoire ! »

XK : « Au fait, c'est vous qui voulez changer la loi, ce n'est pas moi.
Telle qu'elle est, et telle qu'elle est appliquée elle me convient parfaitement.
»

Je n'en doute pas, mais les lois sont faites pour évoluer, au cas où ça vous aurait échappé. A ne pas confondre avec les textes religieux. C'est même l'essence du débat politique. Et si les animaux restent absents de vos textes religieux, ils entrent peu à peu dans le débat politique, que ça vous plaise ou non, cher Monsieur Klein.

Bernard a dit…

Cher Monsieur Richier - aux bons soins (!) de notre ami Xavier,

"La rédemption de ce péché est dans le respect que l'homme porte à la bête"... Notre - autre - ami Chulo a là tout dit, mais vous ne l'avez probablement pas lu (ou - en psy rusé - fait comme si vous ne l'aviez pas lu). Il est vrai qu'en post-modernité accélérée, l'usage du couple "péché-respect" est quasiment forclos...

Voyez-vous, il est probable que "nous" (non certes nous en majesté mais nous en collectif assumé "aficionados a los toros") ressemblons à ces "imbéciles heureux qui sont nés quelque part" - que chantait si joliment Brassens, mais il est surtout plus que probable que nous le savons - que nous sommes des imbéciles heureux!... Alors, oui, vous venez (chacun son plaisir) nous titiller, façon "c'est-y qu'ça vous gratouille, ou c'est-y qu'ça vous chatouille?" (Knock, certes, mais dit par Jouvet - nous n'en saurions d'autre, et puis il a cet acétisme que nous vous prêterions volontiers!)...Ben, ma foi, mon bon Monsieur, c'est que c'est parfois les deux - que ça nous chatouille ET nous gratouille en même temps (y a parfois des "zavec" pires que des "zantis" - paraît même qu'il s'en élève un encaste spécial près de Vieux Boucau!). Sachez donc, et surtout, que vos chatouillages ni vos gratouillages ne nous empêchent de dormir, et que - pour le dire tout net - je trouve notre ami Xavier bien bon et bien honnête homme de vous accueillir ainsi chez lui à s'y faire quasi insulter (car bien sûr, c'est le quasi qui vous va - si bien? - de vous refuser à l'insulte: un psy, n'est-ce pas, n'insulte pas, il décortique - qu'avec distinction ces choses-là sont dites, mais - du moins espérons-le pour lui - n'en pense pas moins!)

Allez, Monsieur (votre "quasi" vous y donne ici encore droit), je ne vous salue pas!... Certes, "Mon Dieu, gardez moi de mes amis (et nous en avons de sévères!), mes ennemis je m'en charge (et là, votre "quasi" quelque peu tartufesque mériterait rien de moins qu'une bonne vieille "quasi" charge à l'ancienne de "manso con casta")!"... Mais encore faut-il nommer son ennemi - et je serais heureux (même imbécile) d'y avoir modestement contribué...

Bien à vous (que vous deveniez adepte du culte du Bos taurus ibericus) - Bernard

el chulo a dit…

mon cher bernard, largo campo,

tout est affaire de terrain.

nous le savons bien, pour le toro encasté et le toreo de verdad.

les psy aussi, pour d'autres raisons qu'il n'éventent pas, celà s'appelle de la clinique ou de la pratique ou bien d'autres choses encore.

me venait à l'esprit cette image d'un ami me disant qu'en fait l'analyse c'était, assis sur une chaise et regardant les choses de la vie, admettre que déplacer la chaise et regarder sous un autre angle les mêmes choses pouvait singulièrement changer le point de vue et non les choses. le sitio, toujours!

ponce est un virtuose trompeur, je préfère l'"embustero" espanol.

ce qui ne signifie nullement qu'il ne puisse pas être autre chose, y compris de grand, mais c'est pour lui maintenant un problème d'ego et d'accumulation de richesses.

un système pervers. un peu comme certaines dialectiques normatrices ou excelle sarko: est ce mal de dire que? on peut en effet tout dire.

restent quelques immuables concepts, comme l'équirépartition de la connerie, à laquelle n'échappent jamais ceux qui ignorent le doûte.

L.L. a dit…

Quel bel ami !!!! xavier tu sais choisir tes amis

Jean-Paul Richier a dit…

Bernard :
« "La rédemption de ce péché est dans le respect que l'homme porte à la bête"...
[...]
Allez, Monsieur (votre "quasi" vous y donne ici encore droit), je ne vous salue pas!...
»

Vous m'en voyez soulagé. Ce qui me foutrait les jetons, vis à vis des corridaholics qui insistent jusqu'à plus soif sur leur "respect" de la bête, c'est qu'ils me respectent.

Mes respects.

el chulo a dit…

monsieur,

je m'étais juré de ne pas réagir directement à vos "à bile tés", mais tout de même, glisser un "viva la muerte", subtilement subliminal parlant de corrida, est déloyal et en dessous de vos possibilités dialectiques.

associer le dément millan astray à ce débat, et cette horreur à laquelle, avant de mourir de honte et de tristesse, quelques semaines plus tard, unamuno répondit par un "vous vaincrez mais ne convaincrez pas" qui avait une toute autre allure y compris prémonitoire est tout simplement dérisoire.

c'est certaiement valable pour tout le monde, il conviendrait de ne pas se tromper de débat, encore moins, en le faisant volontairement.

disant celà on met dans le même sac, les partisans de la peine de mort, probablement, et de préférence en place publique, les avorteurs et les tauromaches.

ajoutons une grosse pincée de fascisme et le tour est joué.

tout ceci, parlant de toros, est historiquement faux, la démonstration n'en est plus à faire.

je voulais vous fournir cette précision.

el chulo a dit…

ultime précision, au sujet du "corridaholic", selon l'expression de marmande, je crois, ou le paraphrasant, je "suis athée comme un pot de yaourt"

Jean-Paul Richier a dit…

el chulo : « je m'étais juré de ne pas réagir directement à vos "à bile tés", mais tout de même, glisser un "viva la muerte", subtilement subliminal parlant de corrida, est déloyal et en dessous de vos possibilités dialectiques. »

Merci de me lire aussi attentivement.
¡ Viva la muerte ! n'est pas seulement l'apostrophe lancée en 36 à Unamuno par Millán-Astray (sympathique individu, borgne et manchot, évoqué un an plus tôt par le personnage du capitaine Weller, incarné par Pierre Renoir, dans le mythique -et idéologiquement peu reluisant- film de Julien Duvivier "La Bandera").

C'était la devise de la Légion espagnole, qui auparavant s'appelait le "Tercio" (non, rien).

C'est le titre du film d'Arrabal, qui mettait en scène toutes les pulsions humaines, autour du fantasme oedipien, et où l'une des scènes chocs montrait la mère qui tuait au couteau puis découpait un taureau.

Et c'est tout simplement une phrase espagnole qui pourrait être la devise des corridaholics (NB : je visais par ce néologisme à pointer la dimension addictive de certains amateurs de corrida, ce n'était pas une condensation de "corrida" et "catholique" comme vous semblez l'avoir curieusement pensé).

La corrida participe à l'évidence à mon sens d'une idéologie d'extrême-droite. Au sens qu'elle glorifie l'asservissement de l'être inférieur au plaisir du dominant (puisqu'on est dans les références ciné, la corrida c'est Salò ou les 120 jours de Sodome). Je sais, épargnez-moi votre mantra : faut pas confondre, les taureaux c'est rien que des zanimos, Genèse 1:28 pour Monsieur Klein (cathoholic ?), et tout le toutim.

Mais il s'agit d'une impression personnelle dont je ne fais pas un argument, en tout cas pas un argument historique. Même si à certains moments la corrida a pu salement pencher coté bando nacional, ou même si l'organe de presse le plus tauromaniaque d'Espagne reste le quotidien ABC, franquiste puis monarchiste, férocement réactionnaire, et radicalement catholique.

Je n'ai pas les compétences historiques pour déterminer si la corrida de toros est plus à droite qu'à gauche, et je m'en fous.
Je n'ai pas besoin de brandir Franco pour argumenter mes positions, comme d'autres, pour soutenir les leurs, en sont à brandir Hitler, Göring ou Himmler (voire Dutroux, parmi les augustes commentateurs de ce blog).

En Espagne, PP et PSOE essaient main dans la main de faire capoter le débat qui va avoir lieu sur la corrida au Parlement catalan. Gaspar Llamazares, chantre de l'Izquierda Unida récemment médiatisé , a la réputation d'être un aficionado.
Et en France, non seulement on trouve maints amateurs de corridas chez les socialos, mais plus encore en proportion chez les cocos, qui y voient probablement encore une sorte d'hommage aux républicains espagnols réfugiés en France (ça leur passera, sont toujours un peu long à la détente).

el chulo : « disant celà on met dans le même sac, les partisans de la peine de mort, probablement, et de préférence en place publique, les avorteurs et les tauromaches. »

Qu'est ce que c'est, "les avorteurs" ?

el chulo a dit…

Monsieur,

j'ai en effet pour habitude de lire de façon détaillée. Et, ce coup ci, pour le coup, je ne suis pas déçu.
Merci pour la légion mais je suis au regret de vous dire que Millan Astray l'a créée de toute pièce, sans qu'il y ait une quelconque antériorité, sur le modèle d'ailleurs de la Légion Française, avec pour second le jeune et sémillant Franco. En effet la guerre du Maroc était très impopulaire, et la conscription posait d'énormes problèmes, surtout en Catalogne, d'ailleurs. C'est bien la raison pour laquelle je mets le sympathique Astray en première ligne, puisqu'il peut revendiquer y compris la paternité du slogan « viva la muerte », que ce jour là il proféra dans l'enceinte de l'Université de Salamanque. Je comprends que vous n'ayez pas résisté à faire le rapprochement avec les « tercios » de la « lidia » mais bon, ce serait perte de temps d'approfondir le sujet. Il y a des limites à tout.
Si vous m'avez bien lu, je pense avoir dit qu'il ne « fallait pas se tromper de débat », ayant pris soin de préciser que c'était vrai pour tout le monde. Là nous y sommes en plein.
« Asservissement d'un faible par un fort », de façon définitive, je peux vous assurer que ce n'est pas ce que je vois dans une corrida en encore moins dans un toro. Mais, bon, delà en conclure que la corrida est « fasciste » tout en convenant par ailleurs de son « apolitisme », au moins probable, là, les bras m'en tombent.
Concernant l'épisode catalan, je me suis expliqué là dessus. Je n'y reviendrai pas, et la vérité est que je vois mal, actuellement, avec les difficultés que traverse l'Espagne, un parti politique s'engager sur cette voie foireuse et périlleuse. Le contexte catalan reste le contexte catalan, et surtout historiquement. L'ignorer est un grave contresens, de mon point de vue.
« Et en France, non seulement on trouve maints amateurs de corridas chez les socialos, mais plus encore en proportion chez les cocos, qui y voient probablement encore une sorte d'hommage aux républicains espagnols réfugiés en France (ça leur passera, sont toujours un peu long à la détente ». Là vraiment, vous nous avez habitué à mieux, les « socialos » et les « cocos » ca fait très arrière salle de certains partis droitiers, lorsqu'il s'agit de pondre des tracts. Ce qui est si excessif est insignifiant. Quant à l' »hommage aux républicains espagnols réfugiés en France » ils ont reçu bien d'autres hommages en particulier au moment de la libération de la France.
Quant à l'ABC, si la description de l'idéologie du journal est correcte, il n'est pas le seul à défendre la corrida, mais je suppose que vous ne lisez pas « el Pais » par exemple. Ceci dit je ne pense pas qu'il rentre dans la sensibilité de l'ABC de défendre la Catalogne, ce qui, à l'évidence, ne peut, dans ce journal, que déclencher une ferveur accrue tauromachique.
Voilà, tout en regrettant qu'on ait pas pu avoir un point de vue éclairé d'un praticien, sur les thèmes de la transgression et de la ritualisation, je pense que définitivement nos routes se séparent ici.

soupalognon y crouton a dit…

monsieur richier, toi quand tu balances "viva la muerte" ce n'est pas parce que tu empoignes franco and co pour t'en servir d'argument. c'est pas comme nous, toujours derrière nos paravents. en fait, tu es pur comme l'osier. tu es sûr de ta position fondamentale. tu es dans le sens de l'histoire. nous on se croit obligé de convoquer nos références historico-sociétalo-mythologico-culturelles. toi, tu n'es le produit de rien. tu es le surplomb.
bref, pur comme l'osier mais pas gitan marchand de panier. et tu appuies : tu connais mieux que quiconque. et tu ratisses : le duvivier et son astray , panique et oedipe. c'est bô comme du wikipédia mais on n'y comprend goutte ! et ça continue : tu nous apprends que "viva la muerte" est une phrase espagnole...ole tu arte coño !

soupalognon y crouton

ali lodelpiton a dit…

JPR : "La corrida participe à l'évidence à mon sens d'une idéologie d'extrême-droite." ahahahahahahahahahahaha !!! trop drôle ! trop trop drôle. et ça se précipite dans les balivernes :
"elle glorifie l'asservissement de l'être inférieur au plaisir du dominant".
venons-en au fond des choses cher docteur : vous mangez quoi ? quels sont vos "plaisirs" , hobbys, loisirs, passions, asservissement ? vous êtes là , à nous interroger. mais vous jouez à quoi ? vous seriez le parangon de la nouvelle éthique parce que vous refusez los toros, parce que vous trouvez cela scandaleux ? parce que vous prétendez savoir que ce qui est néfaste et bon pour améliorer le sens de notre présence ici-bas c'est l'abolition des corridas ?
ensuite : mais il est où ( requête déjà formulée et JAMAIS traitée ) votre groupe d'observés ou d'observables démontrant cliniquement les effets monstreux de la vision d'une corrida par un enfant de moins de 16 ans ? il est où votre groupe de travail ? et les plaintes des personnes soi-disant traumatisées ad vitam eternam par ce spectacle dégradant ? mais pourquoi ne montez-vous pas une asso regroupant tout ce joli monde pour porter plainte ? ma réponse est : parce que ce n'est que fadaises. et tiens au fait : pourquoi dans les CR autour de la tauromachie dans le cadre du grenelle de l'environnement (vous avez évité le ridicule de Copenhague ou vous avez eu peur qu'on vous sourit poliment l'air de dire : oui, c'est bien ,allez, au suivant ? ) vous vous êtes abstenu quand vos petits camarades antis votaient contre ( oui chers amis , contre ! ) une enquête menée auprès d'enfants afin de déterminer si il y a corrélation entre corrida et mineur en danger ? les "taurinos" ont voté pour. Vous ne pouviez vous allier à eux ( parce qu'ils ont voté pour, on peut se demander pourquoi : parce qu'ils ne craignaient rien quant aux conclusions peut-être, non ? ). et vous ne pouviez vous résoudre à appuyer les positions imbéciles de tes partenaires aux mains pleines : il faut interdire par précaution et ensuite on voit. alleeeez : comme pour la téloche on pourrait alors mettre une pastille - 12 ou - 16 sur les portes des arènes, sur les bas du torero, sur le frontal du taureau, sur le castoreño , sur la couverture des journaux taurins ,la carte d'identité des aficionados, les éventails à motifs taurins, les taureaux osborne en autocollant ou ceux en feutrine qu'on trouve en Andorre , j'en passe et des plus croustillantes . quelle victoire des tartuffes ! quelle victoire pour ce pauvre taureau ! utiliser les enfants à cette fin , mais que c'est pitoyable. je vous l'ai déjà dit : c'est tout à fait dans l'air du temps, ce surf sur une sarkoberlusconisation sociétale imparable : surveiller et punir dont vous avez certainement déjà entendu parler. avec Richier on a trouvé le Guaino freudien de la nébuleuse animaliste : les aficionados, ce peuple d'humanoïdes qui n'est pas encore entré dans l'histoire.

ali lodel(monti)piton

Anonyme a dit…

Vous vous drapez dans la dernière péripétie catalane de l'ILP: mais c'est une plaisanterie j'espère ! Ou alors tu es le psy ds bisounours ? Ca, ce vote, le résultat d'une prise de conscience pour aller vers une compréhension des sensibilités envers nos frères animaux ? Autant que le vote de l'exception à la loi grammont dans l'autre sens : une affaire de lobby et de pouvoirs. Les réalités humaines, quoi. Ca fait quoi de savoir qu'on est partie intégrante du bataillon des bobos barbouillés à l'éthique qu'on sort de temps en temps pour ravaler la façade ? Vous êtes vraiment si...dupe ? Ou candide ? Ou vous êtes véritablement simple d'esprit ?

franck zapateado

ludo a dit…

estimado djonpol,
tiens , une question : tu penses quoi de tobie nathan ?

ludo

Anonyme a dit…

Corridaholic...Vous pensez vraiment que nous sommes malades et qu'on devrait se faire soigner ?
merci de vos conseils.

une aficionada récente et inquiète

Bernard K. a dit…

Monsieur Richier,
Allez-vous appeler au boycott de la corrida de Mr Castella en faveur des populations haïtiennes ?

Bernard K.

barnabé croussatémasse a dit…

Savais-tu , Jean-Paul de la Mirandole, que Anselmi, le grand instigateur de l'OPA des abolitionnistes catalans et dont tu ne peux que te sentir proche, a une page face book et une autre plus confidentielle sur un site qui héberge un réseau socio-économique plutôt de type secte proche de chefs d'entreprises et de décideurs dont cetains sont liés au business des produits cosmétiques (je n'insiste pas, vous voyez où je veux en venir )?
autre chose, plus anecdotique, mais caractéristique de la manipulation dont vous êtes victimes : il a dans ses "amis" facebookiens pamela anderson, plastifiée de la tête aux pieds par des traitements dont on peut se demander si pour les obtenir on n'a pas trucidé quelques cobayes à poils et à plumes auparavant et dont l'addiction à certaines modes type j'ai un chihuahua dans mon sac hermes est du plus bel effet quand on pose pour boycotter la fourrure.

barnabé croussatémasse

Jean-Paul Richier a dit…

el chulo : « Merci pour la légion mais je suis au regret de vous dire que Millan Astray l'a créée de toute pièce »

Ah, pour le coup vous m'avez mal lu, j'ai simplement dit que la Légion espagnole, auparavant, s'appelait le "Tercio".

el chulo : « Il y a des limites à tout. »

Vi vi, sauf quand les bornes sont franchies, comme aurait dit André Isaac.

el chulo : « Là vraiment, vous nous avez habitué à mieux, les « socialos » et les « cocos » ca fait très arrière salle de certains partis droitiers, lorsqu'il s'agit de pondre des tracts. »

Si vous n'avez pas compris que c'était affectueux, d'autant que vous avez maintenant accès au blog de mon clone, je ne peux rien pour vous.
Enfin, c'est surtout affectueux pour les cocos, je n'ai plus guère d'affection pour les socialos.

el chulo : « Ce qui est si excessif est insignifiant. »

Ça, c'est pas sympa pour votre copain velonero qui vient d'écrire suite à l'article de M Klein sur l'écologie :
Mais je pense aussi que la frange la plus radicale (et en particulier les animalistes), par son anti-humanisme, est sûrement, comme tu le dis, un véritable danger pour l'humanité, un danger potentiellement équivalent à celui des nazis (qui furent d'ailleurs précurseurs en culte de la nature et animalisme).

Soit dit en passant, l'article de M Klein n'est pas inintéressant, Le thème depuis quelques années, n'est pas nouveau-nouveau (ne citons que le candidat Sarkozy le 1er mars 2007 : « On ne sauvera pas l'humanité en faisant de l'écologie une idéologie totalitaire »). Mais, à la décharge publique de M Klein, quelque contestable que soit sa dénonciation du totalitarisme écologique, elle n'est au moins pas sous-tendue, comme la quasi-totalité des autres, par une idéologie « libérale ».

el chulo : « Quant à l'ABC, si la description de l'idéologie du journal est correcte, il n'est pas le seul à défendre la corrida, mais je suppose que vous ne lisez pas « el Pais » par exemple. »

Houla, je ne lis ni El Pais ni El Mundo, pensez-vous, je sais à peine lire !
D'ailleurs je serais bien incapable de lire cet article :
http://www.elpais.com/articulo/semana/Arte/matar/elpepuculbab/20080614elpbabese_6/Tes
Vous qui êtes si savant, pouvez-vous me dire de quoi il s'agit ?

el chulo : « Voilà, tout en regrettant qu'on ait pas pu avoir un point de vue éclairé d'un praticien, sur les thèmes de la transgression et de la ritualisation, je pense que définitivement nos routes se séparent ici. »

Et je n'aurais pas eu votre point de vue éclairé sur le thème des « avorteurs ».

Quant à mon point de vue de praticien, il ne saurait être éclairé, voyons, puisqu'il sera irrémédiablement taurinement incorrect. Ceci dit, je vous invite à ne pas confondre l'approche descriptive avec l'approche prescriptive, la logique explicative avec la logique normative. Il est possible d'élucider certains mécanismes à l'oeuvre dans la tauromachie, comme il est possible d'élucider certains mécanismes psychiques, sociaux ou anthropologiques à l'oeuvre dans la pédophilie prédatrice, les émeutes des banlieues ou les mutilations sexuelles rituelles. Mais expliquer n'est pas justifier, même si beaucoup s'emmêlent les pinceaux dans cette distinction pourtant élémentaire.

Et quant à nos routes, qui se rejoignent probablement sur beaucoup d'autres questions, nous savons depuis le départ qu'elles ne se croiseront jamais sur la question de la corrida.

Bien à vous

franck zapateado a dit…

je signalerai à monsieur jean-paul richier que "tercio" est aussi un mot espagnol. qu'on l'emploie dans la terminologie flamenca ( chaque vers de la "copla" est un tercio ).
que les univers de la tauromachie sont très proches, extrèmement liés, apparentés, incestueux même ( pour aller chez vous ô grand psychodramadémiurge ).lisez gonzalez-climent, quiñones ou blas vega ou si vous ne maitrisez pas la langue des ibères les plus rudes , jean-marie lemoguedeuc par exemple (il y en a d'autres je me ferai un plaisir d'augmenter votre bibliothèque ). los flamencos , sont donc aussi les cousins de millan-astray via le glossaire de la légion étrangère espagnole.


franck zapateado

ps : vous taquiniez notre suceptibilité en espérant foudres et anathèmes en instillant du venin dans la sémiotique. je ne fais que poursuivre jusqu'à l'absurdité sophistique votre sarcasme.je tiens à m'en expliquer avant que vous ne le fassiez vous-même , grand habitué de la glose que vous êtes, présupposant notre pauvre compréhension de l'humour décalé.

Raphaël D'AGRO a dit…

Pas autant impressionné que vous par le discours de Jean-Paul RICHIER. Il a trouvé un style, un angle d'attaque habile, il intellectualise beaucoup sa stratégie, mais lasse à la fin par ses interminables litanies toutes semblables, et, finalement tourne en rond. Voila un blog auquel on ne s'abonne pas. Il critique votre résistance à un certain ordre établi, mais ne se prive pas d'empiéter sur les libertés qui ne lui conviennent pas et se fait le défenseur des lois républicaines qui l'arrangent. Ses mots et ses phrases un peu naïfs masquent en fait une surprenante violence intellectuelle, même si elle reste symbolique. Quand au choix des images, ciblé sur "la corne dans le cul", il relève plus de la masturbation que du coït. Une mine pour un psy. Ce qui me fait dire qu'il n'est ni toro, ni torero.

Jean-Paul Richier a dit…

Je m'aperçois que le lien sur l'article d'Antonio Muñoz Molina dans El Pais, que je proposais à el chulo, n'est pas apparu correctement.
Il serait dommage de s'en priver, le revoici donc.
Et, pour le fun, un autre article d'El Pais tout récemment publié.

Jean-Paul Richier a dit…

Anonyme : « Vous vous drapez dans la dernière péripétie catalane de l'ILP: mais c'est une plaisanterie j'espère ! [...] Ca, ce vote, le résultat d'une prise de conscience pour aller vers une compréhension des sensibilités envers nos frères animaux ? Autant que le vote de l'exception à la loi grammont dans l'autre sens : une affaire de lobby et de pouvoirs. »

Ça vous en bouche un coin, que pour une fois les jeux de lobbies soient du côté des défenseurs des zanimos ? Allez, consolez-vous, vous avez le bon M Thierry Coste, et son Comité Noé, où cotise entre autres la FSTF (Combien, au fait ? Je me suis laissé dire que M Coste était très cher. Faut dire que des bureaux rue de Varenne, près du ministère de l'Agriculture, ça doit douiller...)
Pour ce qui est de « l'exception à la loi Grammont dans l'autre sens » je vous renvoie à JP 2212:18 : « Je suis assez amusé de lire le mundillo hexagonal s'offusquer de ce que l'opposition à la corrida en Catalogne espagnole s'inscrive dans l'affirmation d'une identité régionale, puisqu'en France c'est la même logique, en miroir, qui a permis l'implantation de la corrida dans le sud. »

Anonyme : « Ou vous êtes véritablement simple d'esprit ? »

Je suis véritablement simple d'esprit.

Jean-Paul Richier a dit…

ludo « tiens , une question : tu penses quoi de tobie nathan ? »

Du bien. Enfin, de lui, je sais pas, mais des thèses provocatrices qu'il défend, du point de vue de ma pratique professionnelle.

Je fais partie de ceux qui pensent que les nouveaux arrivants en France doivent se mouler dans la culture française, non pas évidemment sur le plan des goûts culinaires ou décoratifs, mais sur le plan par exemple de la discrétion religieuse ou du statut des madames. Bref, rien de très original, vu que cette posture est devenue actuellement la pensée dominante à gauche comme à droite.

Mais dès lors qu'il y a troubles psychiques (ou d'ailleurs somatiques "fonctionnels"), dès lors qu'il y a soin, la dimension culturelle est incontournable. On ne peut bien soigner une personne qui a été façonnée par une autre culture (je ne parle pas des aborigènes des Landes ou du Gard) sans connaître son rapport aux membres de la famille, son rapport à l'autre sexe, son rapport à l'expression orale, son rapport au corps, son rapport à la maladie, son rapport au médecin, son rapport aux médicaments, son rapport aux influences, son rapport aux morts, son rapport au(x) dieu(x), son rapport aux esprits.

Monsieur Klein me pardonnera ce hors-sujet (dont je ne veux pas savoir s'il contient un piège), puisqu'il a publié la question.

Jean-Paul Richier a dit…

Bernard K. : « Allez-vous appeler au boycott de la corrida de Mr Castella en faveur des populations haïtiennes ? ».

L'apparente augmentation des corridas de bienfaisance, pour reprendre cet oxymore, exonérées ça va de soi de TVA, est en soi un signal rassurant. Pour le cancer, pour les enfants, ou, nec plus ultra, pour les enfants confrontés aux cancers : le mundillo ne sait plus quoi faire pour donner une image favorable de ses jeux d'arènes en perte de vitesse.

A noter que les chasseurs, depuis qu'ils paient M de Boisguilbert en plus de M Coste comme conseiller en communication, ont repris l'idée : distributions de parts de sangliers aux nécessiteux pour Noël via l'aide alimentaire et les assos humanitaires, ou tout récemment distribution de gibier aux nécessiteux annoncée par la fédération de chasseurs ardennaise. Et il y a deux semaines, l'ACCA de Narbonne a fait fort : lâchers de faisans pour les Restos du Coeur. On va pas donner directement donner les faisans, hein, ça serait pas drôle ! Pas à dire, chasseurs et aficionados ont de satanés points communs, on comprend qu'ils lobbyisent de concert. Bref, le sketch des Inconnus pour les Restos de Coluche.

La vraie bienfaisance, je n'y insisterai pas, est sinon anonyme, au moins discrète. On sait quoi penser de la bienfaisance qui s'affiche à grands renforts de communiqués de presse.

Le spectacle annoncé par Casas/Castella dans 4 mois me fait quant à lui complètement revenir au sérieux. Au moment de cette annonce, des Haïtiens agonisaient encore sous les décombres, dans la douleur, la soif, et l'angoisse. Quiconque connaît le milieu humanitaire sait que, lors de ces catastrophes médiatisées, le problème n'est pas celui de l'argent (qui rentre à flot, et tant mieux), mais de l'organisation à court et moyen terme (Rony Brauman a comme d'habitude dit là-dessus des choses fort pertinentes).
Cette annonce a pour pur objectif de blanchir le sang des taureaux.
Abstraction faite de la question proprement dite de la corrida, cette mise à profit de la médiatisation d'un tel drame collectif est abjecte. A ceux qui cautionnent cette mascarade (j'ose espérer qu'il ne s'en trouve pas sur ce blog), je dédie mon mépris le plus abyssal.

Jean-Paul Richier a dit…

barnabé croussatémasse : « Anselmi, le grand instigateur de l'OPA des abolitionnistes catalans et dont tu ne peux que te sentir proche, a une page face book et une autre plus confidentielle sur un site qui héberge un réseau socio-économique plutôt de type secte proche de chefs d'entreprises et de décideurs dont cetains sont liés au business des produits cosmétiques
[...]
il a dans ses "amis" facebookiens pamela anderson, plastifiée de la tête aux pieds par des traitements dont on peut se demander si pour les obtenir on n'a pas trucidé quelques cobayes à poils et à plumes auparavant et dont l'addiction à certaines modes type j'ai un chihuahua dans mon sac hermes est du plus bel effet quand on pose pour boycotter la fourrure.
»

Ben faut savoir, d'habitude vous dénoncez les anticorridas comme étant des totalitaires, des intégristes, des taliban et des Torquemada.
Mettez-vous d'accord, Messieurs.

Mais vous ne savez pas tout.
Je me suis laissé dire que Leonardo Anselmi [signe de croix] organisait des orgies diaboliques dans sa cave, au cours desquelles il égorgeait des enfants, et qu'il revendait le sang de ceux-ci, via une filiale sise aux Caïman, à PETA [signe de croix] pour ses mises en scène devant les arènes.
Ceci reste entre nous, naturellement.