Humeurs taurines et éclectiques

mardi 22 juin 2010

FOOTBAL-TAUROMACHIE, MÊME COMBAT?

Sur le blog de l'ami Alain DELON (non zut Marc!) , bref et intense, un remarquable article et un lien fourni dans un commentaire (http://photosmotstoros.blogspot.com/2010/06/arguments.html), vers un article de Jean François KAHN que j'ai trouvé tellement pertinent que je le livre tel quel.

A noter que vous pouvez aussi, dans l'esprit de son article, remplacer le mot foot par le mot tauromachie, ça marche aussi.

La pelle du 18 juin des Bleus: Domenech est vraiment l’homme de la situation.
le blog de Jean-François KAHN

Ecoutez les commentaires sportifs, écoutez même nos anciens footballeurs vedettes analyser les causes de notre raclée en coupe du monde.
Et oubliez un instant qu’il s’agit de foot : on croirait qu’ils décrivent l’état de notre société ou même qu’ils stigmatisent notre mode de gouvernance, voire qu’ils dépeignent le système de pouvoir sarkozyen.
Que disent-ils en effet ? Qu’il n’y a plus, chez les Bleus, le moindre esprit collectif tant l’équipe est rongée par l’hypertrophie des égos et le choc des narcissismes rivaux.
Tout y est : l’arrogance, la fatuité de petits parvenus décervelés, l’exacerbation de la peoplisation orchestrée par TF1, le mépris de ce peuple qu’incarne le public des stades, l’argent qui coule à flots, amollit, pervertit et corrompt, la grande vie entre Fouquet’s et poules de luxe, palaces cinq étoiles et extras dans la pub, des rémunérations de nababs, des dessous de table défiscalisés, la surexposition médiatique qui fait qu’un Thierry Henri poussant un ballon avec ses pieds — parfois avec sa main — devient cent fois plus célèbre que tous les Einstein, Balzac ou Mozart de notre temps.
Or cette équipe lamentable, traversée de haines recuites —comme au PS en somme—, pour qui jouer en national est d’ailleurs une corvée, que rien en réalité n’attache au pays qu’elle est censée représenter, parce que le fric n’a pas plus de patrie que d’odeur, cette équipe, donc, ainsi que son boss ne sont-ils pas l’exact reflet du système politico-social qui en a fait son symbole. Celui du chacun pour soi plutôt que du tous ensemble. Du clanisme plutôt que de l’action solidaire. Du drible individuel qui promotionne le moi au détriment de la passe qui valorise la communauté, du jeu perso qui subvertit toute construction collective.
Au fond, pour qui travaillent les joueurs de l’équipe de France ? Pour la France ? Non, pour le mercato, c’est-à-dire pour le marché. A qui rendent-ils compte ? Aux supporters ? Non, au seul capital qui subventionne leurs clubs. Quelle stratégie ? Aucune autre que celle qui consiste à mettre en valeur la star, à attirer l’attention des médias, à faire monter le cours de l’action de ses jambes et de son nombril. Ça vous rappelle quelque chose ou quelqu’un ?
Aucune âme, aucune tripe, les petits calculs. Les meilleurs sur le banc de touche, les copains jamais écartés, eux. Aucune capacité d’anticipation, du coup par coup, une balle qui ne circule pas, de la frime en guise d’attaque. Quatre tirs seulement cadrés dans les buts sur douze frappes. Un Malouda qui sauve l’honneur, mais un Ribéry qui joue avec lui-même comme s’il tenait à imiter notre avant-centre présidentiel.
Maintenant il va falloir mettre fin à l’indécence. J’aime le foot (en revanche je ne comprends rien au rugby) : la Suisse battant l’Espagne, la Corée du Nord infligeant un but au Brésil, ça oui ce sont des événements. Mais le petit-déjeuner des Bleus, l’humeur des Bleus au saut du lit, le footing des Bleus, le shopping des Bleus, les femmes et les maîtresses des Bleus, la vacuité étalée des Bleus, je m’en fous comme de la première paire de baskets de Ribéry.Et si les journalistes sportifs nous parlaient de sport ?
C’est Rama Yade qui aurait dû refuser des rencontrer des blaireaux, et pas l’inverse.

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Alain delon, alain delon, c'est vite dit... alain de loin, plutôt...

marc Delon

Xavier KLEIN a dit…

Oui mais Marc est tellement beau! Et avec tant desuccès auprès du beau sexe...

Marc Delon a dit…

pô bien de se moquer : deux heures de colle.

Maja Lola a dit…

Voilà bien résumé l'état des lieux.
Cependant je n'aime pas le football mais j'aime le blog de Marc Delon (articles, photos et humour). Vous avez raison de le publier. Pour faire écho à vos insinuations sympathiques : est-il beau ? Je ne sais pas mais ses textes sont intéressants, intelligents et .... séduisants.
Si senor ! Olé !
Signé : une représentante du beau sexe.

el chulo a dit…

merde j'aime le rugby et deteste le foot!

il est vrai que j'ai un tout petit peu joué au rugby.

ceci dit, évidemment cette fin, j'espère, est l'apogée de la culture rollex, fouquets, du travailler plus pour gagner plus, qui n'épargnera pas le rugby.

il faut tout de même le dire, et sans emprunter les chemins de le pen, que cette équipe est l'expression d'un malaise sociologique et peut être bien autre, je le redoute.
les noirs courent vite, (le sprint, pas l'endurance qui est une vertu saxonne)ils sont joyeux et joueurs et si heureux d'être français. ils auraient même d'autres vertus, mais ne se reconnaissent plus dans ce pays, car leurs intérêts sont à l'étranger, tout comme d'ailleurs leurs collègues blafards
.
quelle que soit la marque du short, du slip, de la bagnole, ils devraient faire du sport et accepter de courir après un ballon.

bien sûr le parralèle avec la corrida des ponce, juli, castella et autres figuritas est évident.

en certains temps, on n'imposait pas au bas peuple les goûts et les humeurs.

essayez donc de balancer à la gueule de ponce une tomate bien mure après en avoir ôté le pédoncule.il en éprouvera un profond mépris, mais également votre voisin aficionadeau, tout peint en blanc et rouge, et serrant convulsivement la serviette à papier blanche destinée aux avalanches auriculaires.

en foot comme en autres choses, dont la corrida nous recueillons ce que notre détestable société promeut.

et je ne parle pas de cet insupportable possible confusion d'intérêt entre l'état et madame loreal, car là nous serions dans la médisance!

revenons donc à des choses simples; comme être de droite ou de gauche.

nous voyons les effets dévastateurs de cette confusion.

ludo a dit…

nooon, piiitiééééé, pas toi don xavier ! cet édito de Khan est lamentable. en fait on le cite parce que qu'il l'avait déjà préparé à l'avance et a battu les autres sur le poteau en le publiant au millimètre et à la seconde près ( de quoi ? d'un évènement fondateur du désastre total , match ? déclaration ? je ne sais pas, je ne suis pas les tribulations des coqs au minuteur, je m'en tape ). car si on applique sa théorie style devoir de rhétorique niveu fin de cours élémentaire 1° année et qu'on se dit : chouette , applquons-là aux ,22 ? 50 ? 107 ? 4568 ?( que celui qui connait le chifre raye et corrige ) équipes de cette mascarade étouffante et là on va rigoler. de toute les manières, les métaphores c'est en général un mauvais plan et alors le filage de la sportice est de loin la plus désastreuse et la plus fille de pute ( sans points de suspension, j'attend l'appel plaintif de la mère de la métaphore, je lui dirai que je connais des vrais files de vraies putes plus honorables que bien des fausses vierges ).
bien à toi.
st sever ?

ludo

el chulo a dit…

ce que je constate: on ne parle plus que de ça même à l'élysée.
il y a pourtant quelques mouvements sociaux qui se préparent non? quelques menus ennuis ministériels, non?
bon, Anelka a bon dos après un "incident de vestiaire" comme il s'en produit dans toute équipe de sport co, mais le vestiaire a toujours été sanctuarisé.
en tous cas celà mobilise toute la presse, tous les crânes d'oeufs et ca empeche de parler d'autre chose.
par exemple, que la soi disant mixité sociale glorifiée par le titre de champion du monde n'était qu'une miroir aux alouettes, et alors que la presse s'extasiait sur le "casse toi pauv' con" ou sur le "karcher" enfin pas de la langue de bois et une remarquable proximité du guru avec son peuple, on va crucifier le malheureux Anelka, parce que celà permet de trouver un bouc émissaire, voulant aussi occulter que c'est présisément cette mixité sociale qui ne fonctionne plus ou pas.

Xavier KLEIN a dit…

Cher Ludo,
Excuse moi, mais je ne comprends pas ce que tu dis. Tu maîtrise par trop le sens de l'élipse.
A Saint-Sever donc.