Humeurs taurines et éclectiques

dimanche 5 septembre 2010

L'HUMANISME DES ZENTILS «ZANTIS» A L'OEUVRE

Les faits et les images valant parfois mieux que les mots, constatez par vous même jusqu'à quel degré d'abjection peuvent se ravaler ceux qui prétendent donner des leçons d'humanité, en dénonçant le «plaisir qu'on peut prendre au spectacle de la souffrance animale». Un témoignage parmi les milliers de commentaires et d'écrits du même tonneau formulés par les gentils et tendres anti-corridas sur le net. Mais les «zantis» ont tous les droits, toutes les licences, y compris celui de profaner sépultures et monuments. La fin ne justifie t-elle pas les moyens, quand la cause est juste?

Il paraît que c'est de l'humour!

L'humour, c'est plutôt ça, en compagnie du sympathique Philippe HEYRAL et de l'inoxydable Manuel Benitez:

52 commentaires:

pedrito a dit…

S'il vous plait, par pitié, AU SECOURS!
Voulant suivre le conseil de notre cher Xavier, et voir les vidéos proposées, j'ai sur mon écran - depuis la dernière révision de mon ordi- deux cadres noirs, qui refusent de s'éclairer et de s'animer.
Que me faut-il pour parvenir à difrutar de ces inventions merveilleuses?
Muchisimas gracias à qui voudra éclairer ma lanterne

Xavier KLEIN a dit…

Essaie de copier ce lien: http://www.youtube.com/watch?v=JJG2avwd6q8&feature=player_embedded
et celui là:
http://www.youtube.com/watch?v=Ugx4fLlnUb0&feature=player_embedded
Confirme moi, si celà fonctionne.
Abrazos

Anonyme a dit…

Merci, cher Xavier: çà marche!!!
Je regardais aujourd'hui sur les étranges lucarnes un cuisinier nous enseigner une de ses recettes. Savez-vous ce qu'il faisait, le bougre? L'infâme crapule? Le sanguinaire? Le sadique? L'ignoble fumier? Il précipitait dans la poële brûlante d'innocentes palourdes, il les arrosait de vin blanc, d'oignons frits, il les faisait mariner avant de les proposer à la dégustation de ses clients! Mais quelle époque vivons-nous? Vivement que soit établie la lapidation pour les auteurs de telles cruautés, pour la mort injuste des cloportes, des guêpes, des frelons, des hérissons et des crapauds écrasés sur nos routes, des mouches à merde agonisant de longues heures dans les pièges, etc, etc, etc......
Nous sommes vraiment des salauds, nous, les aficionados, heureusement que des "justes" mènent leur juste combat humaniste qui sauvera l'humanité de ses travers.
Ni canards, ni poulets, ni cochons, plus besoin d'élevage d'aucune sorte d'animal. On bouffera du maïs et de l'avoine. Ne restera plus qu'à inventer le stétoscope pour sonder la souffrance des radis, des laitues, et des choux: quel cri poussent-ils, ceux-là, lorsqu'on les ébouillante?
Pedrito

FiX a dit…

Cher Xavier, je crois (sémantiquement ça veut dire que je n'en suis pas certains) que le clip que tu attribues aux zantis est un sketch des "Nuls". Cette tribu sympathique avait sévi sur canal +. Elle produisait de petit sketch en format pub sur tout sujet sans esprit de propagande.

Serge Duriot a dit…

Bonjour,

L'humour de la première vidéo (24 ans déjà !) était le fait de comiques, reconnus comme tels.( Les Nuls, 1986 Canal+ )Aucun lien donc avec le mouvement anti corrida. Que savez vous de ce groupe comique ? Qui, à part vous bien sûr, peut affirmer sincèrement qu'ils n'étaient pas aficionados ?

Publiée précédemment à votre billet du jour, cette vidéo:

http://www.youtube.com/watch?v=2ZjGk7PHWeE

Suivant toutes ces images de pantins désarticulés, balancés entre les cornes des taureaux (rendus fous de douleur), que dire des organisateurs de corrida, qui, pour attirer les touristes dans leurs grandes arènes, martèlent dans les médias que les toréadors "se jouent la vie"...
Autre chose, certains de ceux-là poussent donc leurs propres enfants (11 ans) à risquer la mort... Sans que quiconque ne s'en émeuve dans le mondillo du silence complice.

Heureusement, malgré les interdictions des maires, les anti corrida s'opposent aussi à ces mises en danger et il est continuel de les entendre dénoncer les mutilations humaines que les aficionados encouragent.
Oui oui on sait, votre tradition espagnole de la corrida est ainsi "piedestalisée", mais...

Bonne journée.

PS: je suis à la recherche d'une vidéo dans laquelle, au coeur de l'arène, un taureau est combattu avec un bulldozer (bull-dozer, humour taurin certainement...). Est-ce le document de synthèse que la mort, personnifiée, inéluctable (thèse) sera bientôt vaincue sans risque par le génie (civil) humain(anti-thèse)?

Xavier KLEIN a dit…

A Fix et Monsieur Serge DURIOT,
Tout à fait, le document est déjà ancien et provient effectivement des Nuls.
Toutefois, en consultant le lien (http://www.youtube.com/watch?v=JJG2avwd6q8&feature=player_embedded), vous constaterez qu’il connaît un regain d'actualité (commentaires très récents) et qu'il est régulièrement utilisé par des "zantis" (c'est d'ailleurs comme cela qu'il m'est parvenu accompagné d'aimables insultes).
Je dois d'ailleurs préciser que JE SUIS ABSOLUMENT CONVAINCU qu'il ne provient pas directement ou indirectement d'associations anti-corridas.
Ce que je veux souligner et démontrer, c'est que par contre, les campagnes lancées par les dites associations ouvrent la boite de Pandore, et favorisent ce genre d'ignominie (qui n'est pas isolée, plusieurs vidéos de ce genre trainent sur le net de manière récurrente). Et que les ressorts sur lesquels elles jouent débouchent sur de tels dérapages.
Il n'est que de lire la violence des commentaires associés, violence extrême que l'on retrouve sur nombre de blogs et de sites "zantis" sur le thème "C'est bien fait pour eux".
Par ailleurs Monsieur DURIOT, de même que je ne fais pas l’amalgame entre les crétins qui balancent des commentaires aussi révoltants et les associations anti-corrida (tout en soulignant qu’elles portent une large part de responsabilité dans les incendies qu’elles allument), je vous saurais gré d’abandonner pour une fois votre vision simpliste et réductrice du fait taurin, pour prendre conscience de sa diversité.
L’immense majorité des aficionados sérieux que je connais, ne vont nullement aux arènes pour voir périr un homme et désapprouvent très souvent ceux «qui se la jouent», surtout quand ils n’en ont pas les moyens techniques. D’ailleurs ceux qui emploient cet argument stupide sont souvent ceux qui présentent les spectacles les plus commerciaux et dénués de sens.
De même vous retrouverez dans ces pages des condamnations très fermes et sans ambiguités sur les enfants-toreros (http://bregaorthez.blogspot.com/search/label/ENFANT-TORERO). Ceci dit, la tauromachie s’inscrit dans une tradition culturelle méditerranéenne qui valorise une philosophie du risque, de l’épopée, de la responsabilité personnelle et de la maîtrise de son destin. J’adhère à ces valeurs et je vomis une société aseptisée de la sécurité, ce qui nous oppose sans doute. Est-ce pour autant que votre vision doive prévaloir sur la mienne, à partir du moment où je ne vous impose nullement cette dernière?

Serge Duriot a dit…

Je ne parlerai pas ici des oppositions violentes, physiques, passées et actuelles, ni des comiques officiels dont c'est le métier.
Avez-vous remarqué que les principaux acteurs taurins sont les seuls à entendre les anti corrida ? Nous en constatons le malheureux résultat... Bref.

Les français anti corrida sont systématiquement refoulés par les élus et les plus hauts représentants de l'État. Et donc, puisque c'est le sujet, cet « humour » que vous stigmatisez (pourtant l'Histoire en fourmille d'exemples) découle du dépit mais aussi de la colère contre « l'Autorité », car l'individu qui se sent oppressé, impuissant, bascule souvent dans le cynisme et la moquerie, voire le sarcasme. J'ai appris ça de mon grand père qui, interné dans un camp de la mort, résistait aux gardiens à sa manière, partageant avec les autres déportés un humour parfois sordide.
Le contexte est TOTALEMENT différent bien sûr, mais la forme « d'humour » anti corrida relève du même procédé. Raillez cet humour décalé autant que vous le voudrez, faites le interdire même puisque vous en avez le pouvoir pour le moment, mais jusqu'à présent, aucune vidéo moquant la corrida n'a blessé ni tué ni mutilé des êtres humains. La corrida si. C'est cet insupportable que certains anti corrida combattent fermement. J'ai entendu vos raisons qui dédouanent la tauromachie de ces fracas d'humains au cours de très exceptionnels combats contre des animaux, les comprends de votre point de vue, mais ne peux y souscrire de mon point de vue personnel.

Des insultes et des injures sont échangées depuis chaque camp. Je le regrette. Sincèrement. Mais les plus intellectuels de l'anti corrida sont depuis longtemps traités de facho et de terroristes par les têtes de proue de la tauromachie. Des personnes âgées qui dénoncent sincèrement la corrida sont traitées de « légères » hitlériennes. Vous le savez parfaitement, vous le lisez, et même l'écrivez ( presque ouvertement, et vos sous entendus qui se voulaient ironiques (humour taurin ?) procèdent d' une méthode conventionnelle pour discréditer tous les adversaires, ad hominem ).

En ce qui concerne les enfants-toreros je sais maintenant ce que vous en écrivez. Ce débat reviendra peut être sur votre tapis puisque vous représentez une voix forte, pro-corrida.

Désolé par avance, je déborde maintenant sur un autre chapitre des enfants, ceux-là spectateurs et écoliers dans les régions tauromachiques. Un psychiatre (JP Richier ) en parlerait mieux que moi et ce débat, animé par vous même, a déjà eu lieu dans ce weblog. Je voudrais simplement ajouter que si les enfants de parents taurins sont « consciencieusement » entourés de prévenances propres à amoindrir la violence des arènes, qu'en est-il des enfants des touristes ? Qui se soucie de l'impact de ces images violentes sur des enfants abandonnés à leur imaginaire par des parents qui ne connaissent rien à cette « culture ».
Ce fait vous est connu. Question: Vous qui êtes si prompt à dégainer les « arrêtés protecteurs », avez-vous déjà fait prendre des mesures pour protéger ces enfants là ? Y avez-vous songé ?

1/2

Xavier KLEIN a dit…

Monsieur DURIOT,
Le ton mesuré que vous employez me donne à penser que quelque soit votre opinion et vos convictions vous cherchez à comprendre. C'est une bonne chose: moi aussi.
Je voudrais, si vous le permettez, corriger quelques inexactitudes, ou plutôt quelques lieux communs.
1°) «Les français anti corrida sont systématiquement refoulés par les élus et les plus hauts représentants de l'État.». En exergue de la page du CRAC figurent les photos de Yannick NOAH et de Nicolas HULOT (pour ne citer que ceux-là, sans parler de la liste qui suit), en tête du hit-parade des personnalités les plus appréciés des français. J'avais cru comprendre que le dernier avait fait signer sa charte pour l'environnement par tous les présidentiables de la dernière élection, qui avaient d'ailleurs voulus le récupérer, sans doute s'agissait-il d'une erreur de ma part. L'auto-victimisation des «zantis» est une manipulation grossière dont vous avez avec cette liste la preuve absolue.
2°) J'avais cru comprendre également que l'HUMOUR consistait à rire de SOI, par rapport au sarcasme ou à l'ironie qui visent à blesser ou tuer l'AUTRE. Mais vous le dites très exactement: «l'individu qui se sent oppressé, impuissant, bascule souvent dans le cynisme et la moquerie, voire le sarcasme.». Reste à savoir si les «zantis» SE SENTENT oppressés, etc. ou S'ILS LE SONT EN REALITE. Si je conçois leur impuissance devant une situation qui ne correspond pas à leurs désirs, je ne vois pas où est l'oppression.
3°) Vous parlez on ne peut plus justement des camps de la mort. Avant que de tuer les juifs, on a crié «A mort les juifs!»: des mots. Et avant ces mots là, on les a niés comme êtres humains par cet humour qui faisait dire aux SS qui gardaient les camps: «Ach so, ici, les juifs rentrent par la porte et sortent par la cheminée.» (mort de rire...). Maintenant, avec d'autre mots les négationnistes parachèvent le travail: «Les juifs ne sont pas morts.». Vous croyez ce que vous voulez, mais LES MOTS TUENT, plus sûrement que les balles. Quand on parle d'un juif ou d'un tsigane en employant le mot allemand: «Stücke» (pièce, morceau). On tue! Monsieur RICHIER sera sans doute d'accord pour vous l'expliciter. Vos vidéos sont inacceptables parce qu'elles ôtent tout sentiment d'humanité en faisant rire de ce qui normalement doit être respecté: la vie d'un Homme. Sans doute, nous autres taurins sommes-nous sommaires, à «l'heure de vérité», quand le torero va tuer le toro, un silence respectueux se fait dans l'arène. Tout rire serait malvenu et choquant.

Xavier KLEIN a dit…

4°) Je ne crois pas insulter et injurier les gens. Je ne vous insulte, ni vous injurie. Pas plus que Monsieur RICHIER qui ARGUMENTE souvent dans ces colonnes. Par contre, je conteste et je brocarde la pauvre Paulette, qui est mise en avant, non pas pour ce qu'elle dit ou argumente, mais en raison de sa NOTORIETE. Quand on veut jouer les porte-drapeaux, il faut pouvoir garder la tête haute, et je DEMONTRE par sa biographie, qu'elle ferait mieux de se montrer plus discrète.
5°) Je n'ai jamais traité les «zantis» de fachos ou de totalitaires. Je dis toutefois que leur logique et certains agissements sont totalitaires. De même, je montre les liens avec des courants de pensée et des organismes fascistes ou terroristes, ce ne sont pas des idées ce sont des FAITS, même s'ils dérangent. On n'a jamais vu de «taurins» poser des bombes ou effectuer des actions organisées terroristes et violentes. On a vu par contre beaucoup de ces actions chez les animalistes, de même que des profanations de tombes. C'est un FAIT.
6°) Je serais assez d'accord avec vous sur les «enfants de touristes». La corrida pour moi et pour la plupart de ceux qui fréquentent ce site n'est nullement un SPECTACLE anodin, qu'on peut sans conséquences présenter à n'importe qui, n'importe comment. C'est d'ailleurs pour cette raison que nous parlons de culture. Maintenant, comment faites-vous à l'entrée des arènes, vous demandez un passeport? Mes enfants vont aux arènes depuis toujours, comme ils voient depuis toujours tuer la poule dominicale ou l'agneau ou le cochon de l'année. Comme, depuis toujours, ils ont vu la dépouille de leurs anciens et les ont même vu agoniser. Comme ils seront là, je l'espère à mon dernier souffle: la mort et la souffrance ne sont pas sales et font partie de la vie et de la condition humaine. Il faut simplement apprendre à les regarder en face.
Ca vous choque? En tout cas, cela va sans doute bien plus loin et profond que vous ne l'imaginiez...
Bien à vous.

Jean-Paul Richier a dit…

XK : « Ce que je veux souligner et démontrer, c'est que par contre, les campagnes lancées par les dites associations ouvrent la boite de Pandore, et favorisent ce genre d'ignominie »

Vous vous rattrapez comme vous pouvez, mais vous vous êtes fichu dedans, Monsieur Klein.

Mais bon, sur le fond, je n'éprouve à titre personnel aucune satisfaction à visionner des cornadas. J'apprécie beaucoup plus en fait votre deuxième vidéo. Cependant, demeurant en zone non taurine, je n'ai guère de mérite : si je devais subir six mois par an la propagande taurine dans ma ville, je serais peut-être moins magnanime.
Je rappelle en passant, comme je vous l'avais fait remarquer en mai dernier suite aux cornadas de MM Tomás puis Aparicio, que les vidéos de cornadas se retrouvent avant tout sur les sites taurins eux-mêmes. No comment.

Quant aux commentaires jubilatoires des antitaurins en de telles circonstances, ils sont à mon sens parfaitement paradoxaux : si on est contre la violence et la souffrance, on doit être contre la violence et la souffrance de tout le monde, hommes et bêtes. Sauf à intégrer le cercle vicieux "je suis contre la violence, sauf lorsqu'elle a pour objet ceux qui sont pour la violence", cercle vicieux qui attise la haine et le sang depuis la nuit des temps, et que par parenthèse la mythologie christique a cherché à briser avec le radical échec que l'on sait.

Serge Duriot : «PS: je suis à la recherche d'une vidéo dans laquelle, au coeur de l'arène, un taureau est combattu avec un bulldozer »

A mon ami Serge Duriot : voici la vidéo que tu recherches.
http://www.youtube.com/watch?gl=ES&hl=es&v=pdDZOc9tM3Q

Il s'agit naturellement d'un montage éhonté visant à faire croire qu'un novillo, pour avoir ignoré le picador, a été poursuivi dans l'arène par une excavatrice en vue de son expulsion. Cela se serait passé le 3 mai 2008, à Piñar, en Andalousie, berceau de la tauromachie, dans le cadre d'un festival taurin dédié à Sainte Monique, sous l'égide du gouvernement autonome. L'excavatrice serait entrée sur décision du garde civil délégué gouvernemental, en accord avec les empresarios et les toreros. Qu'est ce que les animalitaires -les bestialistes, pour faire plaisir à M Klein- ne vont pas inventer pour salir une belle manifestation culturelle !

Xavier KLEIN a dit…

Monsieur RICHIER
Vous êtes vraiment incroyable. Votre mauvaise foi est sans limite et pour avoir le dernier mot vous feriez monter les autres sur l'échafaud.
Lisez le texte de l'article s'il vous plait.
1°) Lors de la publication de la cassette des Nuls dans les années 80, internet n'existait pas, youtube non plus.
2°) LE FAIT EST (mais les faits vous gênent et vous ne vous y appesantissez jamais). Que d’une part ce document est réutilisé MAINTENANT, que d’autre part les commentaires associés sont parlants, récents et explicites et qu’enfin, dans tous les cas de figure le fond et la forme de la chose sont inacceptables.
3°) Peut-on rire avec tout ? C’est sans doute votre cas, ce n’est pas le mien. Vous goûtez peut-être Dieudonné, moi pas. Et vous ne trouvez qu’un mot pour qualifier les commentaires anti-taurins: ils sont «paradoxaux» (sic !).

Ah cher Jean Paul, si vous pouviez vous autoriser la même liberté de ton et de critique vis à vis des «vôtres» que moi vis à vis des «miens»! C’est précisément en cela, en ce propagandisme monolithique et limitatif qui renonce à l’esprit critique tout azimut que vous entrez dans une logique totalitaire. Nous sommes ici capables de critiquer et de rire des conneries de nos taurinos, je ne vous ai JAMAIS ou rarissimement observé émettre des critiques ou rire des travers des «zantis». Vous vous exprimez librement et sans censure DANS CE BLOG, dans des débats certes rudes mais toujours courtois et souvent riches, la réciproque n’existe pas dans votre monde. Cela aussi EST UN FAIT.
Vous amalgamez sans arrêt, en faisant mine d’ignorer ce que j’ai pu écrire sur ceux qui trouvent quelque intérêt à visionner les vidéos de cornadas.
Comme tous les intellectuels engagés vous sacrifiez votre indépendance d’esprit au salut de la cause. Vous êtes désespérant de roublardise intellectuelle…

Serge Duriot a dit…

Bonjour,

Merci JP Richier pour le lien. Un Bien d'Intérêt Culturel espagnol est plus puissant avec un moteur diesel... Donc.

XK:
Ceci dit, la tauromachie s’inscrit dans une tradition culturelle méditerranéenne qui valorise une philosophie du risque, de l’épopée, de la responsabilité personnelle et de la maîtrise de son destin.

Si on parle de la douce France méditerranéenne d'antan, avant l'avènement des bulldozers espagnols, vous avez raison d'utiliser le terme générique tauromachie, car dans ce terme il n'y a pas la composante corrida. L'occitan d'antan n'a toujours pas organisé massivement des corridas. On se demande bien pourquoi...

XK:
J’adhère à ces valeurs et je vomis une société aseptisée de la sécurité, ce qui nous oppose sans doute. Est-ce pour autant que votre vision doive prévaloir sur la mienne, à partir du moment où je ne vous impose nullement cette dernière?

Rien dans mon discours ne prévaudra face à vous qui surestimez, ici, mon papotage.
Vous, estimez que la « sécurité » de l'humain peut parfaitement faire un spectacle durant lequel il a une chance sur deux de mourir ou d'être mutilé... Et moi je conteste les images qui me sont imposées dans tous les médias, complaisants vénaux, dans lesquels qui un humain, qui un animal sont fracassés dans un flot de sang international et d'opposition culturo-tractopelle.
Je lutte sur divers fronts, mais ça use de s'entendre dire que la France n'est pas crédible car une minorité puissante est coupable de tous nos ministères. Fatigué d'entendre: « Balayez devant votre porte les français ! Après on causera des droits et devoirs. Et donc, pour ce qui est de partager des (vrais) patrimoines, concourants au partage et à la Paix des peuples, parlez-en à mon cul.»
Mes émotions vont aux vrais héros. Un infirmier. Un pompier. Tiens, un policier qui saute dans la Seine pour sauver un automobiliste par exemple (actualité du jour). Celui-là s'est retrouvé face à la mort, la sienne, celle de l'autre, mais il a tout de même affronté quelque chose de mortel qui dépasse la nouvelle norme taurine mécanisée au gasoil. Abnégation véritable ou inconscience ? Il n'est pas resté assis sur son siège, à voir et à acclamer le plongeon... Respect. Mémoire.
Je sais bien que vous n'êtes pas réduit à la seule corrida, mais que représente-t'elle sur l'ensemble des cultures qui nous sont proposées de vivre ? Pourquoi affronter la mort par « objets mutilables » interposés (humain et animal)? Un saut à l'élastique au dessus de l'arène, ce serait aussi bien et plein de courage. Non ?

Bonne journée.

PS: Je parlais des pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires et vous répondez Noah, Hulot... Bah, pas grave... Ai l'habitude.
PS: Ma vidéo d'hier a été supprimée... L'ai remise sur le site.

Xavier KLEIN a dit…

Serge DURIOT: «L'occitan d'antan n'a toujours pas organisé massivement des corridas. On se demande bien pourquoi...»
XK: C'est vrai que les amphithéâtres d'Arles et de Nîmes étaient de sympathiques discothèques, il y a 2000 ans...
Si vous connaissiez l'histoire taurine médiévale du sud de la France, vous vous éviteriez quelques imprécisions pour ne pas dire autre chose: on y a toujours couru et combattu des toros, comme en Grande Bretagne et autres pays d'Europe et du monde d'ailleurs.

Serge DURIOT: «moi je conteste les images qui me sont imposées dans tous les médias …..»
XK: Si vous saviez toutes les images que je conteste et qui me répugnent, et que donc je m'abstiens de regarder sans pour autant songer à les interdire. Ca ne s'appelle que la tolérance.

Serge DURIOT: «Fatigué d'entendre: «Balayez devant votre porte.......»
XK: Je ne me fatigue nullement d'entendre "Balayez...". Parce que je n'ai jamais aimé la manière dont les français se croient obligés de faire la leçon aux autres au nom des Droits de.... à oui! de L'HOMME.

Serge DURIOT: «Pourquoi affronter la mort par «objets mutilables» interposés (humain et animal)?»
On se le demande bien. Et pourquoi pas? Peut-être parce que contrairement à vous, je ne pense pas que humain et animal soit des OBJETS, mais qu'ils sont des SUJETS.

Serge DURIOT: « Mes émotions vont aux vrais héros....»
XK: Excusez-moi de ne pas être votre double conforme et ne pas systématiquement partager les mêmes émotions que vous.
Mais si vous préférez une planète peuplée de RICHIERs et de DURIOTs, c'est votre affaire et celle de votre narcissisme.
Pour moi, le cauchemar serait qu'elle soit peuplée de KLEINs.

Serge DURIOT: «PS: Je parlais des pouvoirs exécutifs... »
Sans vous offenser Serge, parlez plus clairement et l'on vous comprendra.

Cher Ludo, je connais le point Godwin et la reductio ad hitlerum, que j'ai déjà évoqué ici.
«Cette «loi» s'appuie sur l'hypothèse selon laquelle une discussion qui dure peut amener à remplacer des arguments par des analogies extrêmes. L'exemple le plus courant consiste à comparer le thème de la discussion avec une opinion nazie ou à traiter son interlocuteur de nazi et de fasciste (« facho »).»
Je te ferai remarquer qu'à aucun moment je n'ai traité Paulette de facho, ni même supposé qu'elle puisse l'être. J'ai simplement souligné -et c'est bien plus subtil- qu'elle n'avait rien dans le «cabeuil» pour aller se compromettre avec Adolf et fréquenter des collabos notoires. D'où l'allusion à Bécassine. Et qu'en conséquence, les "zantis" feraient mieux de choisir des icones plus appropriées.
En outre, le point de Godwin consiste à parvenir à l'argument ad hitlerum dans une conversation sur un sujet qui n'a a priori rien à voir. Ce qui n'est pas le cas, puisque j'ai déjà traité du parallèle des thèses et du discours nazi et "zanti" A CE SUJET.
C'est uniquement une réponse du berger à la bergère, sur une analogie répétitive qui lui est chère.

el chulo a dit…

je ne dis rien, tu remarques, je laisse ludo.
ce durot me paraît parfait et très "distingué"

Bernard a dit…

Mon brave Xavier,

Mais enfin! Un peu de post-modernité, que diable!

Dans le monde des bisounours et des "où je veux quand je veux", tu devrais savoir, être pénétré de la certitude la plus absolue, que (je te cite): "une situation qui ne correspond pas à leurs désirs" EST une oppression, et comme toute oppression INTOLERABLE, à laquelle dès lors il convient de mettre fin SANS DELAI!...

C'est quand même drôle, à y réfléchir (au fait, où ai-je mis ce foutu "cerveau central"?... pourvu que ce bon M. JPR ne s'aperçoive pas que je l'avais encore rangé avec les pantoufles), à y réfléchir donc, c'est toujours "nous" qu'on doit faire des efforts pour s'améliorer, prendre en compte les remarques des "zentis zantis", et eux?... jamais! JAMAIS!! (ou alors, des preuves! et, "à la virgule près"!)... Tu sais, ça, ça me fait penser un peu à l'histoire de la montre et de l'heure... Sûr que tu la connais, mais je la raconte quand même: "Tu me donnes ta montre, et après, moi je te donne l'heure" (et je garde la montre puisque tu me l'a donnée, et toi tu gardes aussi l'heure parce que je te l'ai donnée). Au fait, si je donnais ma montre à ce bon M. JPR, crois-tu (au sens que parfois FIX donne à ce mot ici), que ce bon M. JPR, en retour, me donnerait l'heure?...

Bonne nuit à tous (faites de beaux rêves, pleins de bisounours, de toros à 60 passes, sans cornes, et avec 4 oreilles déjà prédécoupées d'un pointillé - et même qu'on pourrait y amener ce bon M. JPR parce qu'on n'y tue pas pour de vrai)

Bernard

Jean-Paul Richier a dit…

XK : « L’immense majorité des aficionados sérieux que je connais, ne vont nullement aux arènes pour voir périr un homme »

Bien évidemment, mais le risque d'une blessure humaine fait partie intégrante de l'esprit de la corrida. C'est même en excipant de ce risque, que bien souvent, les taurins légitiment ce qu'ils font subir à l'animal. Pourquoi les taurins sont-ils si à cheval sur la question de l'afeitado ? Vous-même, dont je suis persuadé que vous redoutez avec la plus grande sincérité les blessures humaines, verriez-vous le même intérêt à assister à une corrida où le taureau aurait les cornes émoussées ou emboulées ?

Je vous invite à lire ces deux articles, qui ne viennent pas d'anticorridas :
- Un court témoignage d'un amateur de corrida, dont la profession l'amène sans doute à ne pas trop se raconter d'histoires à lui-même sur lui-même :
http://www.philippebilger.com/blog/2010/05/la-corrida.html
- Une réflexion de portée générale, plus longue, d'un psychothérapeute :
http://www.bernardlempert.com/content/extrait-de-qui-est-le-toro

Michel Serres, comme vous le savez peut-être, veut attribuer une fonction sacrificielle à la corrida, en avançant qu'elle est une célébration du sacrifice d'Abraham. C'est sans doute la moins stupide des interprétations sacrificielles de la corrida : de même que le sacrifice d'Abraham symbolise la substitution du sacrifice humain par le sacrifice animal, avec cet suspension du geste juste avant que Yahveh ne retienne la main d'Abraham, il s'agit durant la corrida de tuer un animal, mais c'est l'homme qui peut être transpercé par l'animal, et durant la suspension qui précède l'estocade, le risque théorique existe encore que ce soit l'homme qui soit "sacrifié".
Les blessures infligées à l'animal pourraient être interprétées comme à la fois son affaiblissement rationnel visant à assurer l'issue conforme, et comme des souffrances visant à lui faire "payer" ce pouvoir théorique qui lui est donné de tuer l'homme.

XK : « 3°) Peut-on rire avec tout ? C’est sans doute votre cas, ce n’est pas le mien. »

Je ne vous rappellerai pas l'impérissable formule de Desproges.

XK : « Vous goûtez peut-être Dieudonné, moi pas. »

Pourquoi, Dieudonné est drôle ?

Jean-Paul Richier a dit…

XK : « Et vous ne trouvez qu’un mot pour qualifier les commentaires anti-taurins: ils sont «paradoxaux» (sic !). »

Qu'est ce qui vous défrise ?

Croyez-moi, j'ai été stupéfait par le nombre de personnes qui se réjouissent plus ou moins explicitement que des toréadors soient encornés, ne serait-ce que sur le mode "il l'a bien cherché !", et ce y compris parmi des gens pas du tout portés à la violence physique ou verbale, et ce y compris parmi des gens bien moins engagés que moi dans l'antitauromachie.

Peut-être faut-il y voir la résurgence du vieux précepte biblique selon lequel on est puni par là où on a péché (Sag., XI, 16).

Toujours est-il que se réjouir du malheur des autres ne fait en soi de mal à personne, dès lors qu'il ne s'agit pas d'appeler à provoquer ce malheur par un crime ou un délit.
Ce n'est d'ailleurs nullement une infraction (sauf si les "autres" en question constituent, selon les termes de la loi, un "groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée"), ce qui à ma connaissance ne concerne pas les toréadors.

Donc, si "paradoxal" ne vous sied pas, vous voulez que je dise quoi, que c'est "mal" ?
Oui, si vous voulez, c'est "mal" de se réjouir de la souffrance ou de la mort d'un homme, parce que ça sous-entend que cette souffrance ou cette mort est légitime, et donc ça entretient le cercle vicieux etc.

Marrant, on me reproche toujours ici d'habitude de donner des leçons de morale, et là on me reproche d'employer des termes rationnels. Alors que, si mes contradicteurs me lisaient sincèrement, ils verraient que ma morale se veut justement rationnelle (bêtement rationnelle, diront ceux qui sont du bon côté du manche).

XK : « Ah cher Jean Paul, si vous pouviez vous autoriser la même liberté de ton et de critique vis à vis des «vôtres» que moi vis à vis des «miens»! »

Mais qu'est ce que vous voulez que je dise sur les anti-taurins ? Vous, vous défendez une certaine conception de la tauromachie, moi je ne défends aucune conception particulière de l'anti-tauromachie.
Vous inventez un parallèle qui n'existe pas entre votre position et la mienne.

Il y a dans le monde de l'anti-tauromachie toute une diversité de fondements éthiques, toute une diversité de tactiques, et toute une diversité de personnalités. Je ne me reconnais pas nécessairement dans tous ces fondements éthiques, je ne saisis pas nécessairement la pertinence de toutes ces tactiques, et je n'apprécie pas nécessairement toutes ces personnalités, mais ce qui nous rassemble est précisément ce souci commun de supprimer la corrida.
De la même manière que ce qui rassemblait les syndicats, ce mardi 7 septembre, était le souci commun de contrer les projets anti-sociaux du gouvernement, et c'est ce front commun qui a permis une mobilisation massive.

Quant à la liberté de ton qui est la vôtre envers d'autres taurins, et la liberté qu'ont les opposants de s'exprimer dans vos colonnes, j'en reconnais bien volontiers le caractère exceptionnel.

Maxime a dit…

Richier et les zamis des bêtes sont d'une mauvaise foi sans équivalent.
La discussion est stérile, rien ne ressort de constructif. Mais à la fois, cela est-il possible avec des richiers et autres bobos bien-pensants parisiens?
Il est peut être temps de taire leurs échos.

Jean-Paul Richier a dit…

XK : « L’argument aurait-il fait mouche que le révérend Jean Paul ait à cœur de le contredire avec une telle véhémence (en la matière le ton est bien plus révélateur que le fond)?

Ne vous effilochez pas dans des considérations heuristiques stériles, Monsieur Klein, il s'agissait juste d'adapter la forme au fond : puisque le "formatage" et l'"asepsie" révulse tant la gent taurine, j'ai tout bêtement mis un point d'honneur à lui retourner un commentaire qui sentait des pieds avec des poils sous les bras.

XK : « Juste en passant, la plupart de ceux qui interviennent ici, se sont déjà trouvé devant des «bestioles». Personnellement trois passages à l’hosto, s’il faut préciser.

Aux frais de l'assurance maladie, c'est-à-dire de la collectivité, super, merci.

XK : « Allez faire un stage dans une geôle iranienne pendant dix jours, comme cela m’est arrivé il y a quelques années (pour «délit de parole démocratique») sans dormir pour ne pas se faire enculer par les voisins, et on en recausera.
Allez batailler avec les islamistes radicaux de la ville de Ferghana en Ouzbékistan, dans une conférence où j’intervenais il y a 4 ans, et vous serez crédible.


Votre conférence en Ouzhbékistan m'en touche une sans faire bouger l'autre. Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, auteur entre autres d'un récent article dans Libé sur la corrida, lui, a vécu des mois au Turkménistan.

En revanche, votre stage dans une geôle iranienne pendant dix jours est une expérience effectivement insolite. Pouvez-vous en dire plus –hors polémique- sur les circonstances de cet épisode, dût votre modestie en souffrir ? Si vous connaissez d'un peu près ce curieux pays plein de contradictions, souvent si mal connu et si mal évalué par les Occidentaux, cela vaudrait même un article qui intéressera pour une fois tout le monde sur votre blog éclectique...

XK : « Engagez-vous politiquement AU QUOTIDIEN (je suis élu et maire-adjoint), comme beaucoup de ceux qui s’expriment ici, et là aussi on en reparlera.

Quel rapport avec le schmilblick ? On cause *aventure et refus des normes*, puisque paraît-il les zamateurs de corrida ont besoin d'aventure et d'expériences hors-normes. Pour ce qui est de l'engagement politique concret, c'est une toute autre affaire. Pour ma part, après avoir passé la journée à écouter le plus attentivement possible des personnes m'exposer leurs problèmes, je reconnais très humblement ne pas m'en sentir l'énergie. D'autres ont cette énergie, comme vous, ou comme l'un(e) des initiateurs du collectif de vétos pour l'abolition de la corrida.

Xavier KLEIN a dit…

Vous vous trompez, l’énumération ne vient pas de wiki (avec un seul k), mais autant qu’il me souvienne, de notes prises d’un article du Monde de Michel Scooyans à propos de son livre «Sur l'affaire de Recife et quelques autres... : Fausse compassion et vraie désinformation».

En ce qui concerne votre demande de supprimer un article, je dois avouer qu’elle m’a fait beaucoup rire. Avec tout ce que vous déversez, sur un ton d’une modération exemplaire, la chose ne manque pas de sel. D’autant que vous ne vous êtes guère préoccupée en me traitant de tortionnaire, de pervers, et Dieu sait quoi encore de mon statut de Principal de Collège : si mes jeunes élèves ou les parents tombaient là dessus, comme vous dites…

Je vous ferai remarquer que vous prenez le risque de vous impliquer dans le débat anti-taurin ès qualité de psychanalyste, il s’agirait d’en assumer les conséquences. Je vous préciserai que pour ma part je ne participe pas à ce même débat ès qualité d’enseignant.
Mais assignez, chère Jo, assignez. Déjà que vous nous amusez terriblement, on n’a pas fini de rire. Enfin, il faudra que votre… «assignateur» ait les reins très solides, surtout pour vous éviter les retours de bâton.
Vous me faites beaucoup penser au cher Simon CASAS qui veut trainer tout le monde devant les tribunaux.
Le futur assigné

Jo BENCHETRIT a dit…

je suis surprise de voir que vous avez gardé votre article sexiste et injurieux sur moi en tant que psy, et vous en demande raison.
http://bregaorthez.blogspot.com/2009_02_01_archive.html
imaginez qu'un de mes jeunes patients ou leurs parents tombent là dessus, cela pourrait leur faire du tort, sachant combien le transfert est chose importante dans une thérapie .
Je vous réitère poliment ma demande. Sinon, devrais je en recourir à une menace d'assignation pour propos calomnieux pouvant nuire à ma réputation et à l’exercice de ma profession?

Jo BENCHETRIT a dit…

Xavier, je voudrais répondre pour Jean Paul à cette interrogation étrange que vous posez, alors qu'elle n'a pas lieu de l'être. Cela signifie bien que vous n’avez toujours pas compris de quoi il s’agissait. Aveuglement…quand tu nous tiens !:
Vous dites :
« Encore une fois, la différence fondamentale entre vous et nous, c’est que nul ne vous conteste le droit et la légitimité de voir les choses autrement. La réciproque n’est pas vraie. »
Vous revendiquez donc un droit, celui de faire ce qui vous plaît. Nous aurions quant à nous celui de ne pas y aller, et le devoir de vous laisser tranquilles.
Seulement voilà, il faut compléter ceci : je suis libre, par cela : si je ne nuis pas à autrui. Vous ne pouvez pas placer un crime dans le chapitre des libertés individuelles. Il ne s'agit en rien de goûts et de couleurs. Il s'agit d’une dimension tierce, transcendante, celle de la morale. C'est évidemment sur le plan de la morale et de la loi qui normalement devrait y puiser sa légitimité que se place notre débat.
Or, la loi est inique.
Elle autorise le crime.
Pourquoi? c'est simple. L'homme a oublié les animaux du champ de ceux qui devraient être protégés de la dangerosité humaine.
Pourquoi?
Mais tout bêtement parce que les hommes ont fondé la loi pour se protéger des autres hommes, pas dans une visée morale.
De ce fait, ils ont fondé leurs civilisations sur l'envers de la loi, l'envers de la justice , l'inverse de la morale: la perversion .
Pourquoi?
Parce que, contrairement à la loi référente ,celle qui interdisant l’inceste , interdit la satisfaction des pulsions destructrices telles quelles, la loi des hommes est fondée sur l'égoïsme et la trouille lucide des autres hommes...pas sur le respect , la compassion, la morale. Sinon, les animaux ne seraient pas omis de la protection de la loi.
C’est pour cela que la révolution animale est la seule capable de parfaire la nécessité civilisationnelle de l’humanité, autant dire la condition de sa survie du fait qu’elle s’oppose à sa pulsion de mort..
Ceci explique cela :
La barbarie est le substrat, la civilisation un mince vernis, comme le déplore Freud dans Malaise, sauf que lui ne donne pas l’explication de ce fatum, explication que je vous livre avant mon livre : c’est un scoop.

Anonyme a dit…

Relevé dans ses commentaires : bcp, k, Xav, lol ...
Mais c'est qu'elle écrit d'jeun la josette ! Eh bé, ils sont dans le coup les zantis !
Xav, vous n'en avez pas plein le dos de laisser libre de commentaires ces gonzes et gonzesses sur votre blog ? Pourquoi laisser aller librement leurs différences sur votre blog, alors qu'eux mêmes ne respectent pas la notre ?
Il faut être avec eux, comme ils sont avec nous, et point barre. Perso, je n'aime pas tendre l'autre joue. Vous êtes trop cool avec eux.
lenioL

Jo BENCHETRIT a dit…

Xav, je voudrais répondre pour Jean Paul à cette interrogation étrange que vous posez, alors qu'elle n'a pas lieu de l'être. Cela signifie bien que vous n’avez toujours pas compris de quoi il s’agissait. Aveuglement…quand tu nous tiens !:
Vous dites :
« Encore une fois, la différence fondamentale entre vous et nous, c’est que nul ne vous conteste le droit et la légitimité de voir les choses autrement. La réciproque n’est pas vraie. »
Vous revendiquez donc un droit, celui de faire ce qui vous plaît. Nous aurions quant à nous celui de ne pas y aller, et le devoir de vous laisser tranquilles. Seulement voilà, il faut compléter ceci : je suis libre, par cela : si je ne nuis pas à autrui. Vous ne pouvez pas placer un crime dans le chapitre des libertés individuelles. Il ne s'agit en rien de goûts et de couleurs. Il s'agit d’une dimension tierce, transcendante, celle de la morale. C'est évidemment sur le plan de la morale et de la loi qui normalement devrait y puiser sa légitimité que se place notre débat.
Or, la loi est inique.
Elle autorise le crime. Pourquoi? c'est simple. L'homme a oublié les animaux du champ de ceux qui devraient être protégés de la dangerosité humaine.
Pourquoi?
Mais tout bêtement parce que les hommes ont fondé la loi pour se protéger des autres hommes, pas dans une visée morale.
De ce fait, ils ont fondé leurs civilisations sur l'envers de la loi, l'envers de la justice , l'inverse de la morale: la perversion .
Pourquoi?
Parce que, contrairement à la loi référente ,celle qui interdisant l’inceste , interdit la satisfaction des pulsions destructrices telles quelles, la loi des hommes est fondée sur l'égoïsme et la trouille lucide des autres hommes...pas sur le respect , la compassion, la morale. Sinon, les animaux ne seraient pas omis de la protection de la loi.
C’est pour cela que la révolution animale est la seule capable de parfaire la nécessité civilisationnelle de l’humanité, autant dire la condition de sa survie du fait qu’elle s’oppose à sa pulsion de mort..
Ceci explique cela :
La barbarie est le substrat, la civilisation un mince vernis, comme le déplore Freud dans Malaise, sauf que lui ne donne pas l’explication que je vous livre avant mon livre : c’est un scoop.

Jo BENCHETRIT a dit…

je sais bien pour Montaigne et son 16° siècle. je vais cependant répondre à votre question et vous demanderez qu'elle est votre réponse.
Je pense que la compassion est le sentiment civilisé par excellence. Lacan appelait ça l'identification hystérique et ajoutait que c'était ce qui se faisait de mieux pour comprendre l'autre.
les stoïciens opposent compassion et empathie, subtile différence.
Qui voudraient dire qu'on peut être avec l'autre tout en ne se noyant pas avec lui dans sa douleur, par exemple.
Si cela débouche sur la même révolte contre la barbarie, sur la même prise en compte de l'injustice faite aux victimes, sur la même sensation que c'est intolerable, la même connaissance qu'on doit les aider, alors, pourquoi pas l'empathie?
Un jour, je l'espère, les serial killers paieront.

Jo BENCHETRIT a dit…

j'ai regardé ces vidéos. c'est immonde; jene peux pas rire devant des animaux paniqués, blessés des tordus qui regardent ça en rigolant!
mais qui êtes vous pour supporter ainsi l'horreur?
Vous n'avez pas de couilles, ma parole! il faut vraiment être malade, ne le voyez vous pas, pour être copetmet indifférent. je vous laisse dan votre jus.on n'a que notre ceur comme arme...vous avez le pouvoir sur le monde qui vénère les Ubu roi que vous êtes tout autant que les ciuistots non vege..
Mais sans doute que nous gagnerons au moins sur les corridas.

Jo BENCHETRIT a dit…

j'ai regardé ces vidéos. c'est immonde; jene peux pas rire devant des animaux paniqués, blessés des tordus qui regardent ça en rigolant!
mais qui êtes vous pour supporter ainsi l'horreur?
Vous n'avez pas de couilles, ma parole! il faut vraiment être malade, ne le voyez vous pas, pour être copetmet indifférent. je vous laisse dan votre jus.on n'a que notre ceur comme arme...vous avez le pouvoir sur le monde qui vénère les Ubu roi que vous êtes tout autant que les ciuistots non vege..
Mais sans doute que nous gagnerons au moins sur les corridas.

Jo BENCHETRIT a dit…

Excellent Jean Paul :


"On se la joue aventurier du monde moderne au motif qu'on va poser son cul sur des gradins et, les mains sur la bedaine, contempler des bestioles sanguinolentes ? "

Jo BENCHETRIT a dit…

Xav , ,j'ai pas de temps à perdre et sur le net, y a des trucs très inter.
vu sur wikki, looool!:
Mais Nietzsche n'est pas le seul philosophe à refuser la compassion [1]. C'est également le cas pour les Stoïciens, Kant, Montaigne.. Refus de la compassion (au nom d'une philosophie rationaliste ou vitaliste de la détermination du vouloir).

Jo BENCHETRIT a dit…

je sais bien pour Montaigne et son 16° siècle. je vais cependant répondre à votre question et vous demanderez qu'elle est votre réponse.
Je pense que la compassion est le sentiment civilisé par excellence. Lacan appelait ça l'identification hystérique et ajoutait que c'était ce qui se faisait de mieux pour comprendre l'autre.
les stoïciens opposent compassion et empathie, subtile différence.
Qui voudraient dire qu'on peut être avec l'autre tout en ne se noyant pas avec lui dans sa douleur, par exemple.
Si cela débouche sur la même révolte contre la barbarie, sur la même prise en compte de l'injustice faite aux victimes, sur la même sensation que c'est intolerable, la même connaissance qu'on doit les aider, alors, pourquoi pas l'empathie?
Un jour, je l'espère, les serial killers paieront.

Jean Paul RICHIER a dit…

XK : « Justement, l’option taurine c’est le rappel et la traduction allégorique qu’il n’est de destin humain sans risque, sans mort, sans souffrance. Que la vie est lutte. Qu’il faut tuer pour bouffer.

Ce que vous n'avez pas l'air de percuter, c'est qu'il y a bien assez de souffrance, de risque et de mort dans la vie réelle pour qu'on n'ait pas besoin de traduction allégorique. C'est à croire que la souffrance, le risque, et la mort hors artifices vous font trop peur...

XK : « Vous voyez la chose autrement, la belle affaire! Mais si vous pensez qu’il n’est d’autre vérité que de voir pas vos yeux, excusez-nous de ne pas rentrer dans votre mégalomanie narcissique.

Matthieu,7:3.

XK : « Encore une fois, la différence fondamentale entre vous et nous, c’est que nul ne vous conteste le droit et la légitimité de voir les choses autrement. La réciproque n’est pas vraie.
Encore une fois, un FAIT FONDAMENTAL, que vous vous garderez bien de discuter, comme à l’habitude, pour vous attacher au détails et à une rhétorique tatillonne.

Décidément, je vois tous les jours des commentaires illustrer la partie IV de la FAQ à l'usage des aficionados (« SAVOIR POSER LES LIMITES DU DIALOGUE .»)

Par pitié, Monsieur Klein, épargnez-moi le refrain sur la tolérance et la liberté.

Je vous ai répondu vingt fois que lorsqu'on a des convictions morales, on ne se contente pas de les contempler mentalement, on fait en sorte de les faire valoir in vivo.
Si un département français avait pour coutume d'empaler les barbus à lunette, je ne me contenterais certainement pas d'une réponse du genre "Nous, on n'oblige personne à empaler les barbus à lunettes, ayez de votre côté la tolérance de respecter notre culture".

Et si vous n'avez rien d'autre à me répondre que "Ah, mais 'tention, les barbus à lunettes ont le copyright Homo sapiens®, alors que les taureaux ils l'ont pô", souffrez, Monsieur Klein, que cette réponse n'épuise pas pour moi la problématique, à moins que vous ne prétendiez détenir à tout jamais des mains de votre dieu le monopole de la Vérité.

Si la corrida suscite des polémiques en France depuis qu'elle y a été introduite, ce n'est pas un hasard.
Si elle est interdite sur les 9/10èmes du territoire, ce n'est pas sans raisons.
Et si le Code pénal s'y réfère dans le chapitre "Des sévices graves ou actes de cruauté envers les animaux", vous conviendrez que ce ne sont pas que des mots.

Ali a dit…

j'ai une idée, elle me vient après avoir lu la Jo's prose : et si on stérilisait les aficionados ?

Ali Lodelpiton

Ali a dit…

j'ai une illumination , après avoir dévoré la jo's bafouille : et si on créait la DATT ( la direction aux affaires des territoires tauropathes ) qui permettraient d'intervenir après enquête pour placer les enfants d'aficionados dans des familles qui ne vont pas aux arènes le dimanche ?

Ali

Ali a dit…

j'ai un éclair de lucidité, après avoir bu les jo's admonestations ; si on créait des centre fermés pour les cuisiniers non végétariens au milieu de La Bauce ?

Ali

Anonyme a dit…

Mais ça y est, il mord, le Xav. il a sucré tous mes comm sur l'autre texte escargots!!!qui le remettent en cause; et montrent son ignarité (?) . il a profité d'un moment de distraction, en douce sur les sexscargots!mais le comm sur la calomnie, aussi. pour un juif, vous êtes décidément décevant.
je nous croyais plus honnetes..
et moins barbares que le s autres, c vu ce que nous vivons. comme quoi, on est bien des humains comme les autres.

jo benchetrit a dit…

l'ordi est il notre inconscient? je laisse M.Kein en débattre avec lui s'aime.
trouvé sur le lien de JP vers Bernard Lempert:
"La corrida est un simulacre à ciel ouvert, un théâtre d’ombres qui procède par une série de déplacements dans la pensée. C’est un tour de passe-passe mental, un détour par le corps de l’animal pour faire monter l’homme et son corps sur un autel qui n’en est pas un. C’est une manière de dire qu’on ne fait pas ce qu’on fait, et qu’on n’attend pas ce qu’on attend. On s’innocente de sa cruauté en projetant à l’envi sur le taureau ce désir partagé — et refoulé — de la destruction d’un corps humain."
EXCELLENT.
HELAS, ce psy est mort ce printemps à 59 ans..

Xavier KLEIN a dit…

Non Monsieur Klein en débat avec lui sème.
Trouvé sur le lien de PJ vers Bernard Perlant:
«L'opposition à la corrida est un simulacre à ciel ouvert, un théâtre d’ombres qui procède par une série de déplacements dans la pensée. C’est un tour de passe-passe mental, un détour par le corps de l’homme pour faire monter l’animal et son corps sur un autel qui n’en est pas un. C’est une manière de dire qu’on ne fait pas ce qu’on fait, et qu’on n’attend pas ce qu’on attend. On s’innocente de sa cruauté en projetant à l’envi sur l'aficionado ce désir partagé — et refoulé — de la destruction d’un corps animal."

jo benchetrit a dit…

Xavier KLEIN a dit...
4°) Je ne crois pas insulter et injurier les gens. Je ne vous insulte, ni vous injurie.
loool! MDR.
:)
;)
je ne vois pas en quoi, Xavier le respectueux, me traiter de virago et d'hystéro, y compris en mettant en doute mon boulot, lol... est si respecteux .
Est-ce approprié comme réponse à mon combat contre la puanteur humaine dont vous avez choisi de vous faire le complice actif de par ce soutien inconditionnel à un horrible jeu cruel ?
En tant que psy, je suis fière de ne pas me masquer en dehors de la cure en m'enveloppant dans une neutralité bienveillante vis à vis du symptôme barbare que partage à son insu notre espèce et que vous représentez de manière évidente et incompréhensible à mes yeux. Pourquoi étouffer le meilleur et garder le pire en vous ?
Si vous avez une réponse à ce mystère, n’hésitez pas.
. Des vivants souffrent, durant ce temps. Et je me mouille en connaissance de cause.
Allez, je vous concède que je n'ai pas à me masquer...et après tout, je ne crois pas pouvoir être déshonorée par les coups des ennemis de l'humanité car de la morale. Au contraire.
Finalement, allez y, tapez. Chaque coup bas ne peut que jeter l'opprobre sur vous et vos amis si souvent grossiers, eux aussi.
Violence verbale ne me fait pas peur. "l'injure est le début de la civilisation" Freud.
Ce qui est condamnable , ce sont les actes. Ceux que vous défendez sont le symbole de la monstruosité humaine envers les animaux. Et les autres hommes à l'occasion.
(ce qui n'est pas plus grave)

jo benchetrit a dit…

Xavier, vous n'imaginez pas combien un mot de votre dernier comm. est pertinent.
"On s’innocente de sa cruauté en projetant à l’envi sur l'aficionado ce désir partagé — et refoulé — de la destruction d’un corps animal.""
Précisément.
Précisément REFOULÉ.
Donc hors d'état de nuire.
La barbarie, c'est le retour du refoulé.
« Le désir humain donc monstrueux » dont parle Castoriadis , on le satisfait en bon névrosé moyen par le fantasme. Vous , la DIFFERENCE, L'ATROCE DIFFERENCE , c'est que vous passez à l' acte . Et que DES ÊTRES VIVANTS SENSIBLES PAIENT le prix maximum POUR VOTRE DESIR, paient surtout pour cette jouissance in/humaine obscure et destructrice, en effet. j'inclus les animaux qui servent à l'entraînement de vos heros.
C’est ça la perversion, l’envers de la névrose et de la morale, par conséquent.
le probleme avec la perversion c'est que vous vous croyez bon. Quand vous vous rendrez enfin compte que les animaux, toros ou autres ne sont pour rien dnas nos delires, et ne jouissent pas de ce qu'on leur fait subir, alors, l'humanité dont vous êtes un symbole regrettable mais realiste aura fait un pas.
Pourquoi ne pas le faire avec nous les defenseurs de la justice et de l'humanité au sens noble du terme?

jo benchetrit a dit…

De plus, ce verlan me plait bcp, Xavier. car, en effet la perversion est l'envers de la névrose . décidément vous savez tout. Il ne vous manque que ..d'en finir avec le déni qui, comme la mère Denis, lave plus blanc.
Le blabla aficionado ? c'est du blanchiment de conscience.

el chulo a dit…

josette en plus vous etes une faussaire,oh, c'est vilain ça, en plus d'éructations hystériques disqualifiantes. n'avez vous pas pas honte?

Ramon a dit…

looool, ouais, lol :
"Pourquoi ne pas le faire avec nous les defenseurs de la justice et de l'humanité au sens noble du terme?"
super maxi lol !
c'est starwars , lol !
euh jo, jean-paul voudrais dire juste un truc tu peux lui laisser UN PEU de place. merci, lol.

Ramon Iqueso

josette benchetrit a dit…

el chulo, en quoi suis-je faussaire? argumentez, ou taisez vous.

josette benchetrit a dit…

en revanche, Xav detourne pas mal. il dit :
1°) "«Les français anti corrida sont systématiquement refoulés par les élus et les plus hauts représentants de l'État.».
donc, donnez moi les noms des zantis au gouvernement!
idem à la télé. stats?

"En exergue de la page du CRAC figurent les photos de Yannick NOAH et de Nicolas HULOT (pour ne citer que ceux-là, sans parler de la liste qui suit), en tête du hit-parade des personnalités les plus appréciés des français. "

oui, et alors? ils sont au gouvernement?
J'avais cru comprendre que le dernier avait fait signer sa charte pour l'environnement par tous les présidentiables de la dernière élection, qui avaient d'ailleurs voulus le récupérer, sans doute s'agissait-il d'une erreur de ma part.

"L'auto-victimisation des «zantis» est une manipulation grossière dont vous avez avec cette liste la preuve absolue."

ben non.
les zantis sont parfois célèbres, 80% étant peu ou prou anti l'horreur sadique visible mais peu sont à la direction des affaires et à la télé. zarbi, non, Viexa?

Xavier KLEIN a dit…

Halte au feu Révérende Mère!
Lisez correctement les commentaires au lieu de vous laisser entraîner par vos pulsions guerrières. C'est Serge DURIOT qui évoque «Les français anti-corrida systématiquement refoulés par les élus ...», pas moi. Il devait penser à Popolette DUBOST qui s'imagine que ses 100 printemps et sa carrière de gourgandine lui confèrent le droit d'aller squatter l'Elysée.
Ceci dit, si c'est une réalité, on ne peut que se réjouir de constater qu'il reste un peu de bon sens et d'esprit républicain dans ce pays, et qu'on n'y cède pas aux pressions des premiers hurluberlus et fanatiques venus.
Bon, je dois vous laisser, je me rends justement à un repas où les élus locaux (maires, députés, CG) de toute la Gascogne se retrouvent autour d'une côte à l'os de Blonde d'Aquitaine (je vous recommande...) avant de se rendre à la corrida de Toros y Salsa. Toutes les tendances politiques, il y aura même des écolos. On causera sans doute réponse aux «zantis» au dessert, histoire de se distraire.
C'est dommage, j'aurais pu vous y inviter, vous nous auriez beaucoup fait rire avec vos aimables facéties et vos fusilszizi... Bien que vous soyez complètement dépourvue d'humour.

el chulo a dit…

franchement xavier, tu es sado maso.

Marc Delon a dit…

Ali Lodelpiton : +1 !
Au point ou en sont nos distingués intellectuels qui alimentent le corps de ce débat, je crois effectivement qu'il faut en arriver à votre humour.
Il faudrait aussi penser à filtrer les éjaculats des aficionados afin qu'ils ne se reproduisent pas.
Rassurons les zantis, quand même, j'ai trois enfants, ils connaissent évidemment la corrida et... s'en foutent... je n'ai jamais fait d'effort d'endoctrinement, moi.

jo benchetrit a dit…

Incurable Xav';
Pour votre info, ça s'écrit:
fût-zizi.
allusion à Mao et aux fûts de vin que s'enfilent ces pov beaufs dont les aficionados sont les cousins..
le pouvoir est au bout du phallus, quoi!
Et quand on a à faire à des pervers, on sait qu'ils ont des bandaisons sous condition, assez difficiles, les pauvres. c'est dans le même esprit que je vous livre celui des aficionados impotents et se payant des érections sur les plaintes des animaux-martyrisés (perçus comme "honorés" par leur malades de tortionnaires pour leur sale jouissance:
Le minable mate la mort bande et rit. et se croit puissant alors qu'il n'est qu'une baudruche ubuesque. Un coup d'épingle bien placé et le "Dieu" des "toros" se dégonfle.
ça b va pas tarder; progfitez en bien.
car il faut aussi savoir que ces impuissants de chasseurs ont le fût d'alcool facile.

jo benchetrit a dit…

je ne ris pas des victimes, en effet, et encore moins avec des mate la mort. Je ne fais pas partie des gens qui hurlent en rigolant, gloussant et jouissant devant la mise en pièces d'êtres sensibles. l'humour, ce sera quand je rirai avec des potes.
même qd un de vos petits salauds au cul remonté est blessé ou crevé , ça ne me fait pas rire car je sais que le taureau est dans un état effroyable! et dieu sait comment il sera achevé par ces voyous sans scrupules.
le sang de vos idoles psychopathes n'a rien d'aussi pathétique que celui des victimes.
et si il y avait à se réjouir, c'est si il y avait tant de morts qu'à la fin, vous renonciez...mais selon Lempert, c'est cela que vous désirez, alors...

josette benchetrit a dit…

http://www.youtube.com/watch?v=otxGLQnIm4g

( l'empathie mieux que chez nous)

JBB a dit…

putain la jo' elle est comac !
le vin ,le phallus,la bandaison, les scrupules , le pathétique...quelle guasa !
tu l'as déniché où, Xav' lol ? she's perfect .

jean sébstien baratapas

Xavier KLEIN a dit…

Sûr que vous appréciriez la distinction naturelle de la bête.
Ceci dit, assez joué, je clôs les débats.