Humeurs taurines et éclectiques

vendredi 11 février 2011

Histoire de puce

Il semble que la puce, fut-elle électronique, soit à la mode.
Il me revient une vieille chanson coquine, que j'entendais dans mon enfance, à la fin des banquets de famille, quand dans le concert de cris faussement outragés des dames, on faisait promptement sortir les enfants pour préserver leurs chastes oreilles.
Peine perdue, l'évacuation éveillait plutôt l'intérêt et affinait l'ouïe.
De ces puces là on en redemande, surtout par l'immense Colette Renard. Très "grand siècle"! Les connaisseurs apprécieront...
Pour d'autres, c'est un cas désespéré!


La puce de soeur Luce
Paroles Charles-Alexis Piron - Musique: André-Joseph Exaudet (1710-1752)


Au dortoir,
Sur le soir,
La soeur Luce,
En chemise
Et sans mouchoir,
Cherchant du blanc au noir
À surprendre une puce.
À tâtons,
Du téton,
À la cuisse
L'animal ne fait qu'un saut
Ensuite un peu plus haut
Se glisse.
Dans la petite ouverture,
Croyant sa retraite sûre,
De pincer,
Sans danger,
Il se flatte.
Luce pour se soulager
Y porte un doigt léger
Et gratte.
En ce lieu,
Par ce jeu,
Tout s'humecte
À force de chatouiller
Venant à se mouiller
Elle noya l'insecte.
Mais enfin,
Ce lutin,
Qui rend l'âme,
Veut faire un dernier effort.
Luce grattant plus fort
Se pâme.

8 commentaires:

Anonyme a dit…

les toros sans sauvagerie et/ou drogués sont, eux, la pire des tromperies ; et Dieu sait s'il y en a...

Anonyme a dit…

C'est fort joli.

Anonyme a dit…

vallejo-hicaubé a ajouté un nouveau commentaire sur votre message "Histoire de puce" :

je voudrais préciser quelque chose, histoire de répondre par un moyen ou un autre aux attaques du jeune et fou écrivain talentueux des éditos de terres tau machin...Pour sa défense, (et dieu sait qu'il n'a pas besoin d'aide) Xavier Klein m'avait bien dit pour ne pas dire interdit (car il est interdit d'interdire) de ne pas sortir mon fameux "mont blanc" l'après midi d'Orthez...
Et je lui avais répondu exactement ce qui suit: " Luis veut l'essayer, et à Luis personne ne lui interdit quoi que ce soit. Il ne sortira qu'une fois, car c'est un cheval dressé mais "neuf" , et Luis veut absolument voir ce qu'il donne devant un toro con cojones".
Xavier a insisté, mais Luis n'a pas cédé.
N'étant pas d'accord sur l'achat de ce cheval, il est reparti le soir même en Espagne.
Je n'ai besoin d'aucun conseil de personnes qui n'ont jamais mis leur auguste derrière sur un cheval, même à bascule, et de ce fait n'ai pas attendu que Dieu l'écrive dans son édito.
Mais Xavier, lui, c'était un peu battu avec moi ce jour là.Et il a appris que mon côté basque Espagnol était facile les jours de bonne humeur...plus compliqué les autres jours...Et ne parlons même pas de celui de mon picador de mari!!! qui lui était bel et bien reconnu comme "le caballo loco", grand coeur mais aussi grand...tout!
Nous avons donné un os à ronger au chien de service, je le regrette, et je me demande quand est ce qu'il va trouver un autre sujet que ses fausses préoccupations . Qu'il élève des toros ou qu'il monte des férias, il aura moins l'envie d'emm.... les autres, qui eux travaillent.

pedrito a dit…

Il pourrait élever ce qu'il voudrait, croyez-vous que çà le rendrait moins dangereux pour la cause qu'il assassine?

D'un point de vue strictement professionnel, chacun sait qu'il s'occupe d'une arène catalane: le résultat est connu, et vachement probant, depuis longtemps.

Du point de vue humain, il a le pompon!

BEURK!

Saludos a todos, et à vous, Madame.

ludo a dit…

Viard ne déteste rien tant que les cailloux dans ses bottes de sept lieux d'ogre faisant fi de toute éthique ( politique avec le FN et le PP voire l'opus avec la CEU, de travail avec cette affaire orthézienne, économique aves ses conflits d'intérêts, ...)pour mieux atteindre son but, dévorer l'aficion cantonnée à pagar, templar sus revendicaciones y no mandar por favor que sabemos nosotros los "profesionales". qu'ils sachent , très bien , qu'ils sabotent les contre-pouvoirs, les résistances, est honteux.
par contre, et je m'adresse à Xavier himself, une question : pourquoi dans la phrase qui a pu choquer où tu emploies mange merde à l'endroit de Viard as-tu mis l'expression entre guillemet et en italique ? y avait-il une référence à quelque chose qui nous aurait échappé et qui justifierait l'emploi du qualificatif ?
abrazo.

ludo

el chulo a dit…

je ne suis pas sur que la ceu quoique assez voisine sur les buts soit directement liée avec l'opus, j'investigue, par contre avec le PP oui certainement, quoique madame aznar botella préférait les légionnaires et leur gourou pédophile.

ce qui est très amusant c'est qu'à force de vouloir se pavaner comme un dindon, style je le disais depuis deux ans, avant la flor y nata intégriste de l'intelligentsia taurine de la CEU, le megalomaniaque dévoile bien des secrets et donne bien des indications sur sa saga madrilène, so acès aux medias etc......... sacré Dédé va!

Anonyme a dit…

Qu'est devenue la mignonne petite puce, dans tout ça ?

Xavier KLEIN a dit…

Etant donné que l'invention éminemment fondamentale du bidet n’est intervenue qu’après celle de l’eau courante et qu’en sus (que dis-je ?) les couvents n’en étaient nullement pourvus, on ne peut que se perdre en conjectures.
Des funérailles de feu la puce la chanson ne dit point.
En tout cas un bien beau dépucelage…